Esport - Trackmania : « Sans ZeratoR je ne serais pas celui que je suis »

Après un petit miracle en demi-finales, Sébastien « Affi » Affolter (à gauche) et Gwendal « Gwen » Duparc ont largement dominé la finale de la Trackmania Cup. (Chloé Ramdani/Trackmania Cup)

Vainqueurs de la dixième et probablement dernière édition de la Trackmania Cup, à l'Accor Arena de Bercy samedi soir, Gwendal « Gwen » Duparc (France, GameWard) et Sébastien « Affi » Affolter (Suisse, BDS) reviennent sur ce succès, acquis dans des conditions uniques et inoubliables pour le duo.

« En passant in extremis, vous l'avez un peu gagnée en demi-finale cette Trackmania Cup non ?
Sébastien « Affi » Affolter : C'est vrai. On aurait pu ne pas être en finale, ça s'est joué à rien. Le fait de nous qualifier comme ça (lors de l'ultime course possible de la demi-finale, devant le duo de favoris CarlJr - Bren) a eu une grosse influence positive sur nous. Le fait que ça ait été si difficile nous a permis de nous relâcher en finale. Nous avions fait le plus dur.

Gwendal « Gwen » Duparc : Avant le début de la compétition je pensais que la demie serait plus relevée que la finale. C'est ce qui s'est passé...

lire aussi

Esport-Trackmania : le duo Gwen-Affi remporte la Trackmania Cup à Bercy

Comment avez-vous vécu cette fin de demi-finale extrêmement tendue, justement ?
Affi : Gwen faisait tout pour me motiver, me rassurer, il me donnait toutes les informations nécessaires pour que je réalise la meilleure performance. On a toujours cru l'un en l'autre.

Gwen, à 17 ans vous venez de vivre une semaine assez folle : épreuve du bac, invitation à l'Elysée, troisième victoire en Trackmania Cup devant 15 000 personnes à Bercy...
Gwen : C'est forcément l'une des meilleures semaines de ma vie (sourire). Le bac ne pouvait pas mieux se passer, l'Elysée c'était cool et Bercy on a gagné. Ça n'arrive pas à tout le monde, ça va rester dans ma mémoire.

lire aussi

Esport - Trackmania Cup : un grand Bercy pour finir

Jouer à Bercy, devant autant de gens, c'est une pression supplémentaire ? Gwen, vous aviez remporté les deux dernières éditions mais dans des conditions différentes, quasi intégralement en ligne...
Gwen : J'ai un peu revécu Strasbourg, en 2019 (au Zénith, devant 8000 personnes et à 14 ans, il avait été éliminé au stade des demi-finales). La foule, les bruits sourds... Mais ce n'était pas aussi impressionnant que Bercy. Dans une salle de 360 degrés tu as des gens partout autour de toi, tu vois et entends tout. Ça rend cette victoire beaucoup plus belle que les précédentes. Aussi parce que c'est la fin de la compétition... Ça a été dur en demies mais en finale nous avons déroulé, joué comme on devait le faire depuis le début. C'était incroyable à vivre.

Affi : De mon côté, c'était ma première scène. Avant la première demi-finale nous avons fait un tour dans la salle, quand ZeratoR a lancé la compétition. Ça nous a foutu les frissons et je dirais plutôt que ça nous a donné une énergie dingue. C'est dur à décrire, mais c'était incroyable.

Gwendal « Gwen » Duparc

« Sans ZeratoR je ne serais pas celui que je suis aujourd'hui. Je ne peux que le remercier pour ce qu'il a fait. »

Une fois en course, concentré, on oublie ce contexte ?
Affi : Ça dépend. En général oui, mais parfois tu ne peux que le remarquer. Quand 15 000 personnes se taisent sur une portion d'un circuit (un gimmick de ZeratoR sur une course précise)...

Gwen : Ça, c'était incroyable. D'un coup il n'y avait plus un bruit.

Affi : Ouais, tu joues, tu es concentré, et pendant quelques secondes tu passes de Bercy à ta chambre.

Adrien « ZeratoR » Nougaret a plus ou moins annoncé la fin de cette compétition : qu'est-ce qu'on se dit quand on est un joueur professionnel ou semi-professionnel de Trackmania ? On arrive tout de même à se projeter ?
Affi : On ne peut être que reconnaissant de ce que ZeratoR a apporté à notre jeu pendant neuf ans. Maintenant Trackmania et sa scène compétitive doivent prendre leur envol, il y a d'autres compétitions... Il faut simplement le remercier d'avoir pu vivre un événement comme celui-ci.

Gwen : Sans ZeratoR je ne serais pas celui que je suis aujourd'hui. Je ne peux que le remercier pour ce qu'il a fait. Et nous n'arrêterons pas Trackmania parce que cette compétition n'existe plus. »

lire aussi

Esport - Trackmania Cup - ZeratoR : « Tu ne peux pas débarquer à Bercy comme un amateur »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles