Esport - Valorant : G2 Gozen remporte les Mondiaux féminins

Les joueuses de G2 Gozen, championnes du monde de Valorant. (Michal Konkol/Riot Games)

La formation européenne de G2 Gozen s'est imposée en finale des Championnats du monde féminins de Valorant ce week-end, à Berlin.

G2 Gozen a remporté ce week-end, à Berlin, la première édition des Championnats du monde féminins de Valorant, le Game Changers Championship. Sa formation éclectique, majoritairement européenne et considérée comme l'une des grandes favorites après avoir assez largement dominé son circuit régional au long de la saison, a renversé les Nord-Américaines de Shopify Rebellion en grande finale dimanche. Après avoir pourtant concédé les deux premières manches de la rencontre (3-2).

Sur sa route vers le titre, G2 n'a pas perdu le moindre match, écartant d'autres structures majeures de l'esport comme Cloud9 ou Team Liquid. De son côté, Shopify Rebellion avait dû remonter le lowerbracket d'un tableau à double élimination après une défaite dès le deuxième tour. Son beau parcours s'est arrêté à quelques rounds d'une couronne finalement déposée sur la tête de Julia « juliano » Kiran - l'une des esportives les plus accomplies tous jeux confondus, passée sur Valorant après de longues années sur Counter-Strike - et ses coéquipières.

Cette compétition exclusivement féminine avait pour objectif de développer une scène compétitive pour les nombreuses joueuses de Valorant, en parallèle d'un circuit mixte en théorie... mais exclusivement masculin dans les faits. Bien pensée, mise en avant et très suivie, elle semble avoir rempli ses premiers objectifs et est apparue comme l'un des meilleurs tournois féminins jamais créés.

Les « Game Changers » reviendront en 2023, au coeur d'un changement global de la scène compétitive de Valorant. Kamel « Kameto » Kebir, cofondateur de la Karmine Corp, a d'ailleurs évoqué ce week-end la possibilité d'intégrer une formation féminine française au club. Un projet qui devrait voir le jour dans les prochains mois.

lire aussi : Nicolas « Nicolo » Laurent : « Quand un jeu devient un sport, il ne se démode pas »