Esport - Valorant : Vitality et la Karmine Corp en ligue européenne en 2023

Le trophée des Mondiaux de Valorant, dont le circuit compétitif va changer en 2023. (Colin Young-Wolff/Riot Games)

Riot Games a dévoilé l'identité des 30 équipes partenaires qui composeront les trois nouvelles ligues majeures de son circuit Valorant en 2023. En région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), deux clubs français en seront : Vitality et la Karmine Corp.

Deux clubs français, Vitality et la Karmine Corp, feront partie de la ligue EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) du nouveau circuit compétitif de Valorant en 2023. L'éditeur du jeu et organisateur des compétitions, Riot Games, l'a officialisé ce mercredi après-midi en révélant l'identité des 30 équipes partenaires qui composeront ses trois nouvelles ligues principales (EMEA, Pacifique, Amériques) au sein de son « Champions Tour ».

Quelques jours après la finale des Mondiaux 2022 et le sacre des Brésiliens de Loud, Riot s'est rapidement projeté sur la suite et son nouveau système de ligues « semi-fermée ». Les dix équipes sélectionnées par Championnat selon des critères précis (respect des valeurs, image de marque, taille de la communauté, vision long terme...) et après un processus de candidature de plusieurs mois n'achètent pas une franchise : elles sont intégrés aux tournois d'élite sans risque de relégation. Le premier, organisé à São Paulo en février prochain, fera office de coup d'envoi de ce nouveau circuit dont les détails doivent encore être définis.

Outre Vitality, champion de France en titre, et la Karmine Corp, la ligue EMEA intègre, entre autres, Fnatic, Team Liquid, les Ukrainiens de NAVI ou les Espagnols de Koi. Parmi les autres noms bien connus du monde de l'esport, T1 et Gen.G rejoignent le Championnat Pacifique, 100 Thieves, Cloud9, Loud ou Krü Esports, l'organisation de Sergio Agüero, celui des Amériques.

Parmi les absences, on peut noter celles de Mandatory, la structure du Français Adrien « ZeratoR » Nougaret, en plein développement mais déjà populaire dans l'Hexagone, et surtout OpTic Gaming, finaliste malheureux des Mondiaux, ou G2 Esports, club leader en Occident.

Le « co-cast » conservé

Si l'esport sur Valorant est encore loin de la popularité de son grand frère League of Legends chez Riot Games, les chiffres d'audience et l'intérêt pour les différents Championnats depuis la mise en place du circuit compétitif ont été stimulés par la possibilité laissée aux joueurs professionnels, clubs ou streamers parfois patrons d'équipes de commenter les tournois en complément des diffusions officielles, plus neutres. En France, Mandatory puis la Karmine Corp sont deux très bons exemples. Ce système, appelé « co-cast » ne disparaîtra pas en 2023.