Esport - Vitality, une levée de fonds et des locaux pour le principal club esportif français

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le principal club esportif français, Vitality, est sur le point d'ouvrir ses locaux en plein centre de Paris. Il finalise également une nouvelle levée de fonds de 14 millions d'euros. Huit mois après avoir dévoilé son projet d'installation dans des locaux au coeur de Paris, la Team Vitality - le club d'esport le plus important en France - est (quasiment) prête. Prête à « devenir physique » en ouvrant, le 13 novembre, un complexe de 1000 m² nommée V.Hive (« la ruche ») dans le troisième arrondissement de la capitale, combinant bureaux, salles de réunion mais aussi des espaces dédiés aux fans (café, boutique et cybercafé).

L'aboutissement de plus d'un an de travail pour Fabien « Neo » Devide, cofondateur de Vitality : « On avait un besoin de devenir physique pour accompagner notre croissance. Le club compte une centaine d'employés, joueur compris, mais on veut continuer de grandir. Mais aussi se rapprocher de nos supporters ». Des supporters que l'équipe à l'abeille veut choyer, en leur proposant des rencontres avec leurs joueurs, des cours, des tournois, mais aussi en les éduquant aux bonnes pratiques de l'esport, qui se professionnalise en se rapprochant des standards du sport. L'ouverture de ces locaux flambant neufs n'est pas la seule nouvelle importante dans l'actualité de Vitality, dont la formation Counter-Strike dispute les IEM à Pékin cette semaine : le club va annoncer une deuxième levée de fonds auprès de Rewired. GG, la plateforme d'investissement dédiée à l'esport de l'entrepreneur milliardaire indien Tej Kohli. 14 millions d'euros (un an après une première levée de 20 millions d'euros), pour accélérer la croissance et augmenter l'influence de la structure dans le monde. « On veut se positionner comme les leaders du marché, assure Neo. Aujourd'hui, on est dans le Top 3 européen derrière Fnatic et G2 mais on veut aller les chercher. On veut aller plus loin. »

Vitality ouvrira enfin son « centre de performance » au Stade de France dans les prochaines semaines, où s'installeront plusieurs de ses équipes. « On veut y construire, à moyen terme, une arène de 1500, 2000 places pour y disputer dans le futur des matches à domicile », explique Nicolas Maurer, cofondateur du club. Fabien « Neo » Devide, cofondateur de Vitality : « On doit être armés financièrement pour accélérer notre croissance. On a la chance d'avoir un investisseur derrière qui a une vision à long terme. On a fait une très bonne année 2019, avec une grosse croissance sur nos réseaux sociaux, on a obtenu de très bons résultats sur Counter-Strike, été sacrés champions du monde sur Rocket League... Nos sponsors nous font confiance et on a renouvelé certains contrats sur plusieurs années ce qui est encore rare dans ce milieu. Les voyants sont au vert et on veut continuer de grandir. On a hâte d'ouvrir notre centre de performance au Stade de France parce qu'on veut aussi le dupliquer à Berlin, où résideront nos équipes une et deux sur League of Legends. » Tej Kohli, investisseur principal de Vitality : « Nous voulions construire un centre pour nos opérations et nous voulions ce qui se fait de mieux, pour montrer que les esportifs ne sont plus des gamins qui jouent dans leurs garages. Nous voulons voir encore plus loin. Nous ne sommes pas seulement là pour fournir de l'argent, nous voulons accompagner Vitality dans sa croissance. La France doit être fière de ce club. Pour nous, il est facile de le vendre à de nouvelles audiences. Grâce à la réputation de ce pays, mais aussi parce que cette équipe gagne des trophées. Ce n'est que le début. Fabien (Devide) et Nicolas (Maurer) guident les troupes mais nous sommes juste derrière eux. Nous voulons que, avec nos investissements, ils puissent accomplir ce qu'ils désirent. Vitality est l'un des plus gros clubs d'Europe mais nous visons plus grand. Nous voulons qu'il devienne populaire dans le monde, ouvrir des bureaux dans d'autres pays, des académies. En Inde par exemple, PUBG Mobile est énorme. En Chine, il y a Arena of Valor... Nous voulons nous étendre, parce que nous croyons en la croissance de l'esport ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi