Esport - ZeratoR : « Chaque année, on se dit qu'on atteint un plafond »

·6 min de lecture

Après avoir dépassé le million d'euros de dons en un temps record, le ZEvent 2021 se poursuit ce samedi. Adrien « ZeratoR » Nougaret, à l'initiative de ce marathon caritatif, évoque ce rendez-vous devenu incontournable et ses développements, passé et futur. Après avoir récolté 5,7 millions d'euros pour Amnesty International en un peu plus de 50 heures en 2020, le ZEvent, marathon caritatif diffusé sur Twitch qui regroupe les communautés du jeu vidéo dont celle de l'esport, est largement en avance sur ses temps de passage cette année. En quelques heures seulement, la cinquantaine de streamers présente a déjà passé le cap du premier million pour Action contre la faim, atteint en plus d'une journée lors de la précédente édition. lire aussi Le ZEvent 2021 lancé « À chaque fois, on arrive à être surpris », glissait vers 23 heures vendredi Alexandre « Dach » Dachary, co-organisateur du rendez-vous, associé et bras droit d'Adrien « ZeratoR » Nougaret. Pilier français de Twitch, à l'origine de cet événement devenu incontournable et animateur en chef de cette grande et joyeuse « colonie de vacances », celui-ci aborde les développements - passé, actuel et futur - du ZEvent. « Il y a quelques semaines, vous disiez que le ZEvent est un événement qui vous dépasse. C'est-à-dire ?
Adrien « ZeratoR » Nougaret : Il nous dépasse parce qu'on a commencé par 15 potes dans mon salon. Aujourd'hui on est 50 dans une salle louée trois jours avec des agents de sécurité (rire). Ça n'a plus du tout la couleur et l'ambiance du début. Ce qui ne veut pas dire que c'est moins bon ! C'est devenu très gros, nous sommes forcés de par la puissance de l'événement d'être irréprochables sur le choix de l'association, le déroulé de l'événement, l'accueil des gens...

C'est aussi un peu vous qui incarniez ce rendez-vous et ce n'est plus le cas ?
Je pense ne l'avoir jamais incarné seul. Je suis simplement l'organisateur et j'espère le plus possible que le ZEvent s'identifiera de moins en moins à moi puisque ce n'est pas du tout un événement centré sur une personne. Ce n'est pas le but. Si les gens ne se référaient qu'à moi en pensant au ZEvent, ce serait un échec. Ce rendez-vous appartient plus à Twitch, globalement, aujourd'hui. Vous voyez un plafond pour le ZEvent ?
On pensait le toucher il y a deux ans... Chaque année, on se dit qu'on atteint un plafond. Mais selon quelles caractéristiques ? Les dons, l'audience ? En termes de public nous avons atteint "le plafond de Twitch", entre guillemets. La plupart des gens qui sont sur la plateforme en France regardent au moins une partie du ZEvent s'ils sont disponibles. Côté stream, j'ai du mal à imaginer monter à 200 dans une salle. Mais même 100, doubler le nombre que nous sommes actuellement serait fou. Je ne me vois pas organiser un ZEvent avec autant de streamers aujourd'hui et pourtant nous n'aurions pas de souci à trouver autant de personnes légitimes. Je ne me vois simplement pas le faire comme cela, même si on a des discussions chaque année avec Dach : "Bon sang mais comment va-t-on faire la prochaine fois ? Est-ce qu'on évolue ? Est-ce qu'on change ?" Nous pouvons grandir dans plusieurs domaines. Le bon exemple cette année, c'est le concert. Un truc un peu nouveau dans lequel on pourra faire plus. Nous évoluerons comme nous pourrons, en essayant de conserver ce que nous pouvons gérer. Adrien « ZeratoR » Nougaret « Nous n'en sommes pas au stade où l'on se force, peut-être que ça viendra, qu'on se dira : "Bon, cette année on n'a pas envie mais on doit le faire". Mais on en est loin. » Internationaliser le rendez-vous, ça a été un sujet, ça l'est encore ?
On en parle mais je ne suis pas certain de la pertinence. Parce que c'est très ancré dans notre modèle de Twitch français. Est-ce que ça prendrait aux États-Unis, est-ce que c'est utile ? Est-ce qu'on a envie de ça ? Je ne sais pas. Oui et non, il y a des arguments pour et contre. Mais ce n'est pas une priorité aujourd'hui. Nous réfléchissons à plein de trucs, mais pas à ça. Vous n'êtes pas un streamer "comme les autres" au ZEvent puisque vous êtes en charge de l'organisation. C'est un enfer de tout gérer ou ça reste un plaisir ?
(sourire) Est-ce que c'est un enfer ?.. Non, je ne peux pas dire ça. Ce n'est vraiment pas le cas, on se régale. C'est plus un souci pour Dach. Nous avons deux visions très différentes parce que lui organise et moi je suis plongé dedans. Tout cela demande beaucoup d'efforts, mais pas les mêmes. Maintenant, je sais que je suis plus qu'un participant. Je n'ai pas la liberté de faire ce que je veux sur un ZEvent. Ce n'est pas plus mal, mais il faut en être conscient. 5,7 C'est, en millions, la somme récoltée par le ZEvent en 2020. Vous avez fixé un objectif cette année ?
Non, il ne faut surtout pas. Nous sommes là pour la bonne cause mais aussi pour nous amuser. Tout le monde se fixe ses donation goals (des paliers de dons, avec des défis) et j'ai le sentiment que cette année les gens vont plus les respecter. J'ai l'impression que le marathon de Domingo a mis un coup aux gens (sourire). Vous serez là pour leur rappeler.
Oui, j'aime bien taquiner là-dessus. Beaucoup donnent pour les donation goals, avant l'association. Nous en sommes conscients mais ce n'est pas grave, ça fait de l'argent pour la cause quand même (rire). Il faut pousser les streamers à respecter leurs défis, les gens donnent pour ça.

Ce côté "rassembleur" du ZEvent, il vous plaît ?
Oui, on interagit avec des gens avec qui on ne le ferait pas sans être ici. Surtout moi. Je trouve ça vraiment marrant. Il y a des associations improbables et c'est aussi la force du truc. Ce n'est pas un événement qui vous fatigue, qui vous lasse.
Non, sinon je ne le ferais plus. Enfin je pense. Nous n'en sommes pas au stade où l'on se force, peut-être que ça viendra, qu'on se dira : "Bon, cette année on n'a pas envie mais on doit le faire". Mais on en est loin. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles