Cet Euro dans 11 pays différents est-il si polluant que ça ?

·1 min de lecture

Pour Anne, l'Euro est une joie, mais aussi un beau casse-tête. Au sein des Irrésistibles, elle a la lourde tâche de gérer les déplacements de l'association de supporters de l'équipe de France. Cette année, ça sera un aller pour Munich, en avion ou en bus, c'est selon. À partir du second match de poule, la suite se corse un peu : certains vont rentrer sur Paris, puis aller à Budapest, d'autres vont relier directement Munich à Budapest. Comme l'équipe de France a terminé première de son groupe, elle s'est déplacé à Bucarest, mais elle aurait pu aller à Londres en cas de seconde place et à Budapest en étant troisième. S'ils avaient été qualifiés en quarts, les Bleus auraient donc joué à Bakou, Rome ou Saint-Pétersbourg. Et si elle avait été plus loin encore ? Direction Londres. Un beau bordel logistique... et écologique. Dans le monde d'avant, Anne avait misé sur un mode de déplacement vert, mais surtout économique, le train, pour…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles