Euro-2021 : l'Italie lance idéalement sa compétition en étrillant la Turquie

·3 min de lecture

Dans son stade olympique de Rome, l'Italie s'est facilement imposée 3 à 0 face à la Turquie lors du premier match de l'Euro-2021.

L'Euro-2021 est lancée et l'Italie aussi. La Squadra azzura a idéalement entamé son championnat d'Europe, vendredi 11 juin, en l'emportant facilement 3 à 0 face à des Turcs en manque d'idées. Les Italiens prennent la tête du groupe A en attendant pays de Galles - Suisse samedi.

Après une cérémonie d’ouverture visuellement époustouflante, le match commence par une séquence beaucoup plus terne. Italiens et Turcs observent le traditionnel round d’observation et se jaugent timidement. Les Rouges laissent le ballon aux locaux, qui présentent des difficultés à l’exploiter.

Dans ces conditions, il faut attendre la 21e minute pour voir une occasion franche sur la pelouse. Sur un corner, Chiellini est servi par Insigne. Sa tête est claquée in extremis hors du cadre par Çakir.

En manque d’idées, les Turcs abandonnent la partie aux Italiens, qui se procurent une nouvelle occasion après un centre de Domenico Berardi que Ciro Immobile reprend de la tête dans la surface. La balle file cependant à côté (33e).

Le seul éclair turc de la première période est à mettre au crédit de la connexion lilloise entre Yusuf Yazici et Burak Yilmaz à gauche. Trouvé dans le dos de la défense à gauche, le capitaine turc temporise puis envoie un ballon dangereux dans la surface. Gianluigi Donnarumma ne prend pas de risque et se couche pour repousser le ballon (35e). Insigne répond d’une frappe enroulée molle à l’entrée de la surface (36e).

La mi-temps s’achève sur deux refus de pénalty : Danny Desmond Makkelie refuse d’abord d’accorder un pénalty aux Turcs après une intervention de Chiellini sur Yilmaz, puis refuse de siffler une main sur un centre Leonardo Spinazzola (45e).

Festival de buts en deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, le match s'emballe enfin. Les Italiens accentuent leur domination et mettent davantage de rythme pour porter le danger dans le camp turc. Une accélération qui finit par payer. Nicolo Barella décale Domenico Berardi côté droit. L'ailier centre à mi-hauteur. Entre le point de pénalty et ses 6 mètres, Merih Demiral, qui court vers son but, marque contre son camp de la poitrine (53e, 1-0).

Quelques instants plus tard, Immobile double la mise. Décalé à droite par Barella, Berardi centre. Au second poteau, Spinazzola contrôle et frappe du droit. Çakir parvient à repousser le ballon su sol des mains. Immobile est à l'affut et conclut du droit aux 6 mètres (66e, 2-0).

Insigne inscrit ensuite le but du KO sur un dégagement raté de Çakir, quasi irréprochable jusqu’ici pourtant. Berardi intercepte et donne aussitôt à Barella qui sert Immobile dans l'axe. Le buteur décale Insigne qui enroule parfaitement du droit. Petit filet. (79e, 3-0).

Malgré un tardif réveil turc, le score en reste là. Les Italiens confirment leur statut d’outsider dans la compétition et de nation à surveiller. Ce soir à Rome, la fête sera belle pour la renaissance du football.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles