Euro 2022 : Une finale tout sauf banale

On connaît la chanson : le football est un sport qui se joue à onze et à la fin, bla bla bla. En conférence d'avant-match, certains journalistes anglais ressassaient jusqu'à l'écœurement le souvenir de la finale du Mondial 1966 remporté par Geoff Hurst et sa bande contre la RFA aux tirs au but avec, en sous-texte, la question de savoir si ce moment unique dans l'histoire du sport anglais jouait un rôle symbolique sur les 22 actrices de la finale de ce dimanche. Côté allemand, Martina Voss-Tecklenburg répondait poliment oui, sans plus, tout en rappelant qu'elle était née en 1967 et n'avait donc pas vécu le match en question autrement qu'à travers des images d'archives. "Pour les médias, c'est un classique, confirmait l'attaquante Svenja Huth. Mais nous les joueuses, nous ne sommes pas concentrées sur le passé. Nous voulons juste gagner ce Championnat d'Europe." Fait amusant, une heure plus tard, la capitaine anglaise Leah…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles