Euro féminin de hand: "On est petit à petit montées en puissance", souligne Béatrice Edwige

AFP
·1 min de lecture

Quel est le sentiment qui prédomine ce soir, après cette démonstration contre la Croatie?
Béatrice Edwige :
"C'est tellement bien de voir Olivier (Krumbholz, le sélectionneur) comme ça. Olivier, c'est comme le père des vingt filles de cette équipe. ('Ou le grand-père', glisse malicieusement Estelle Nze Minko présente avec Edwige et Krumbholz, NDLR). Ou le grand-père, je ne sais pas. On aime vraiment lorsqu'il est comme ça. Pour être honnête, on pensait commencer avec une défense alignée en 0-6, mais Olivier nous a dit 'Non, on débute avec une défense avancée en 1-5'. Et on a ouvert grand nos yeux, en nous demandant ce qui se passait. Mais je pense que c'était une bonne solution, parce qu'elles n'y étaient pas préparées."

On vous sent monter en puissance depuis le début de ce tournoi, et surtout être extrêmement relâchées.
BE :
"On a eu un premier match vraiment difficile, et on nous a demandé d'être plus souriantes, plus relâchées, plus détendues. C'est ce que l'on a fait dès notre deuxième match. On est petit à petit montées en puissance, on n'a pas voulu brûler les étapes, on a réglé point par point ce qui n'a pas été. Et on...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi