Euroligue : le Maccabi Tel-Aviv bat l'Olympiakos, le Real et le Barça rejoignent Monaco

Les rangs se resserrent en Euroligue, où la défaite des Grecs d'Olympiakos à Tel-Aviv (84-90), couplée aux succès des Espagnols du Real Madrid et de Barcelone, a constitué un groupe de quatre poursuivants derrière le Fenerbahçe, seul leader.

Derrière les Turcs de Fenerbahçe, seuls leaders avec deux succès d'avance (8-1) après leur victoire in extremis à Monaco mardi soir (96-93), ça se bouscule au portillon. Les résultats de la soirée de mardi ont généré la constitution d'un groupe de quatre poursuivants avec six victoires et trois défaites au compteur - en attendant le Zalgiris Kaunas, qui pourrait se joindre à la fête en cas de victoire à Vitoria mercredi.

Les Monégasques, qui auraient pu se retrouver en tête de l'Euroligue, sont désormais au coude à coude avec le Real Madrid, le FC Barcelone, et l'Olympiakos. Les Grecs ont fait la mauvaise opération de la soirée en s'inclinant du côté de Tel-Aviv (84-90). Les Israéliens, menés de cinq longueurs au début du money-time, ont pris feu par Jarell Martin (13 points), Lorenzo Brown (16 points, 6 passes) et Wade Baldwin (22 points, 8 fautes provoquées), passé un 27 à 15 dans la dernière période, mis fin à une série de trois défaites et fait repasser leur bilan dans le positif (5-4).

lire aussi : Le classement de l'Euroligue

Le cauchemar de BerlinLes deux cadors espagnols, Madrid à Valence (80-73) et Barcelone face au Partizan Belgrade (79-68), ont fait respecter la logique en s'imposant. Le Real a été porté par la performance offensive record de son arrière bosnien Dzanan Musa, auteur de 28 points (10/13, 6 rebonds) dans une partie dont le suspense fut éventé dès le premier quart-temps (31-19) alors que les locaux évoluaient sans leur meilleur joueur, Chris Jones. Les Frenchies du Real, à l'exception de Guerschon Yabusele, toujours blessé, ont tenu leur rang (5 points et 3 rebonds pour Fabien Causeur, 10 et 4 pour Petr Cornelie, 4 et 4 pour Vincent Poirier).

Dans un match où il a verrouillé en défense, Barcelone a fait la différence face aux Serbes du Partizan dans les deuxième (22-11) et troisième (25-17) quarts, s'appuyant sur Nicolas Laprovittola (13 points, 6 passes), Tomas Satoransky (11 points, 3 passes) ou encore Oscar Da Silva (5 points, 10 rebonds). En face, le Belgrade de Mathias Lessort (5 points, 5 rebonds, ses deux plus petites marques de la saison) et de Danilo Andjusic (23 points à 6/8) a shooté collectivement à 34 %.

Dans les deux autres rencontres de la soirée, Milan - cinquième défaite de suite - et Berlin -sixième défaite de rang - ont poursuivi leur chute. Les Italiens, après avoir tenu le choc une mi-temps (34-34), ont été concassés à domicile (51-80) par le double tenant du titre d'Efes (46 à 17 au retour des vestiaires) et Will Clyburn (24 points).

Rodrigue Beaubois a inscrit 8 points pour le club stambouliote. Timothé Luwawu-Cabarrot, pour ses débuts en Euroligue avec Milan, a totalisé 6 points (0/4 à 3 points) et 1 rebond en 19 minutes. La crise est palpable, au point que la légende Ettore Messina a admis en conférence de presse envisager de quitter son poste.

lire aussi : Toute l'actualité du basket

« Ce match nous donne le sentiment d'être revenus deux ans et demi en arrière, a expliqué l'entraîneur aux quatre titres européens. J'ai clairement une responsabilité. Si l'équipe joue sans coeur, je me sens responsable de n'avoir su créer un groupe qui parvienne à jouer ensemble. Je veux ramener cela, mais si nous continuons à jouer ainsi, j'irai voir M. Armani (sponsor du club) et lui dirai qu'ils ont besoin de quelqu'un d'autre pour mener ce projet »

Enfin, l'Alba, depuis ses trois succès initiaux, ne sait plus gagner et a fait les frais du réveil de l'Etoile Rouge, cornaquée depuis deux matches par Dusko Ivanovic et vainqueure en Allemagne après prolongation (88-84, 21 points pour Luca Vildoza, 17 pour Nemanja Nedovic).