EXCLU - Mercato - OM : Vers un été catastrophe ?

Alexis Bernard
le10sport.com

Si les difficultés financières de l’OM ne sont un secret pour personne, les perspectives de redressement du club sont plus que réduites. Au point de remettre en question l’avenir de l’écurie phocéenne ? Explication.

Qualifié pour la Ligue des Champions, l’OM retrouve le sourire et dans quelques mois la scène européenne. Mais la petite musique qui mène à la coupe aux grandes oreilles ne suffira pas à sortir le club des profondes difficultés financières dans lesquelles il se trouve. Avec un résultat net qui pourrait approcher les -100 millions d’euros sur la saison 2019-2020, l’OM creuse un peu plus le gouffre sur lequel il se trouve depuis que Frank McCourt a pris les rênes du club (et même avant). Si l’homme d’affaire a tenu promesse en investissant 200 millions d’euros dans le recrutement, c’est la gestion de son club qui pose de très gros soucis. Et les chiffres sont là pour illustrer la situation plus que complexe dans laquelle se trouve l’Olympique de Marseille : - 42,4 M€ en 2016-2017, - 78,6 M€ en 2017-2018 et -91,4 M€ en 2018-2019. Les résultats nets issus des rapports de la DNCG parlent d’eux-mêmes et en ajoutant ceux de 2019-2020, l’ardoise pourrait atteindre entre -282 M€ et -312 M€. A cela, il faut surtout ajouter l’explosion d’une masse salariale qui devient un véritable boulet pour l’OM (127 millions d’euros pour la saison en cours). L’illustration parfaite de ce souci majeur, c’est l’incapacité des dirigeants à pouvoir proposer le moindre centime à ses joueurs pourtant en fin de contrat. Comme révélé par le10sport.com, les représentants de Florian Thauvin n’ont pas entendu le son de la voix des dirigeants pendant plusieurs mois au sujet d’une possible prolongation, malgré un contrat qui prend fin en juin 2021. Si Jacques-Henri Eyraud et Andoni Zubizarreta ne bougent pas une oreille, c’est tout simplement parce qu’ils n’ont aucune marge de manœuvre financière.

Villas-Boas le sait…

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pour se relever, l’OM n’a pas d’autre choix que de vendre ses joueurs cet été. Et au regard de la situation financière dans laquelle se trouve le club, les dirigeants ne pourront pas se contenter d’une ou deux ventes seulement. Pour se donner de l’air, mais également s’ouvrir une enveloppe pour le recrutement, l’OM va devoir vendre plusieurs talents et à très bon prix. Dans un contexte de crise Covid-19, rien ne sera simple. Et avec un effectif qui a perdu en valeur ces derniers mois (le site spécialisé Transfertmarkt estime aujourd’hui la valeur du groupe de Villas-Boas à 207 M€, quand celui de l’OL est à 379 M€ et celui du LOSC à 235 M€, deux clubs qui n’ont pas dépensé 200 millions d’euros en recrutement ces trois dernières saisons), la tâche s’annonce très compliquée. Pour autant, Jacques-Henri Eyraud continue de vouloir rassurer les supporters marseillais : « Il nous faut générer des recettes sur le marché des transferts, il faut être capable de céder des joueurs. Mais ce ne sera pas les soldes, ce ne sera pas ‘tout le monde dehors !’ » Selon nos informations, la réalité est différente de l’apparente sérénité dont peut faire preuve le président marseillais. Car c’est bien vers un été « pourri » que l’OM se dirige. Avec des départs qui vont faire mal à l’effectif de Villas-Boas – l’entraîneur portugais a d’ailleurs parfaitement conscience de la situation du club, depuis plusieurs mois et cela explique ses prises de position très fortes. Il sait que le risque de voir tous ses talents partir est réel – et un recrutement essentiellement tourné vers une stratégie low-cost.

Sanson et Kamara en première ligne

En première ligne d’un départ plus que probable, on retrouve Morgan Sanson, Boubacar Kamara, Duje Caleta-Car, Maxime Lopez, Bouna Sarr et Florian Thauvin. Comme révélé par le10sport.com, l’OM a priorisé la prolongation de Thauvin afin de préparer un gros transfert en 2021. Et si le joueur exclut de partir cet été, il n’écarte pas du tout la possibilité de partir libre dans un an. Dans ce dossier, l’OM n’est clairement pas en position de force. Et le silence des derniers mois n’a rien fait pour arranger les relations avec le joueur, qui attend le club au tournant dans sa proposition financière.

Le joueur qui dispose de la plus grosse cote, c’est Boubacar Kamara. Son profil est surveillé par des écuries européennes, notamment en Angleterre. Le gros coup de l’été est peut-être pour le minot formé au club, dont les intentions premières ne sont pas du tout de partir. Mais le contexte étant ce qu’il est, il pourrait clairement rendre service à son club de cœur, comme d’autres l’ont fait avant lui. De son côté, Morgan Sanson a pris ses dispositions pour optimiser ses chances de partir cet été puisqu'il vient de rejoindre l'écurie de l'influant Pini Zahavi. Et l’OM compte clairement sur son transfert dans les mois à venir, après avoir refusé plusieurs approches très concrètes dans un passé récent. Comme révélé par le10sport.com, le Milan AC a notamment montré de fermes intentions, tout comme Newcastle et West Ham. D’après nos sources, Jacques-Henri Eyraud a même repoussé une offre d’intention approchant les 30 millions d’euros ces derniers mois, en indiquant que le prix de son joueur était désormais plus proche des 50 millions d’euros que des 30…

Quel recrutement possible ?

Du côté des arrivées ? C’est le calme plat, pour ne pas dire le désert total. Tant que l’OM n’a aucune rentrée financière, la campagne de recrutement ne peut clairement pas démarrer. Ou alors sur des dossiers à faible coût, dont l’impact sera minime vis-à-vis de la situation actuelle. Le souci, c’est que même la signature d’un joueur libre peut être problématique sur la masse salariale, pleine à ras bord. Autre illustration : Alvaro Gonzalez, qui fait des pieds et des mains pour voir son option d’achat levée, n’a pour le moment aucune réponse. Car l’OM n’a pas encore l’assurance de pouvoir se l’offrir, même si c’est le souhait de toutes les parties. En temps normal, ce dossier devrait déjà être réglé depuis plusieurs semaines. Le défenseur de Villarreal pourrait encore patienter avant de voir sa situation réglée… Et si les premiers noms des tablettes marseillaises commencent à tomber, ils sont révélateurs du contexte marseillais. Entre joueur libre (Jimmy Cabot) et joueur possiblement prêté (Diogo Leite), l’été ne fera pas rêver du côté de la Canebière…

McCourt, vendeur ?

Avec un projet en déliquescence et des perspectives d’avenir pessimistes, Frank McCourt est-il vendeur ? Il est à l’écoute des offres éventuelles, en bonne intelligence. Et si un investisseur est capable de lui permettre de retomber sur ses pieds, il sera impossible pour lui de ne pas accepter. Vendre l’OM n’est pas sa priorité, ne pas perdre d’argent dans cette affaire en est toutefois une (à moyen ou long terme). Lorsque les dirigeants de l’OM affirment que le club n’est pas en vente, c’est la vérité. En revanche, assurer aux supporters que tout va bien et que l’OM n’est pas dans une situation compliquée, c’est un mensonge.

À lire aussi