On vous explique comment le sport est impacté par la normalisation des relations au Moyen-Orient

Denis Menetrier
·1 min de lecture

• Un transfert historique

Deux semaines après les accords d’Abraham, signés le 15 septembre dernier, et qui officialisaient la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, le football du Moyen-Orient assistait à un transfert historique. Dia Saba devenait, en signant dans le club dubaïote d’Al-Nasr, le premier joueur israélien à s’engager dans une équipe d’un pays arabe.

Né dans une ville arabe du nord de l’État hébreu, d’origine palestinienne, l’international israélien (11 sélections, 3 buts) a depuis découvert la UAE Arabian Gulf League, le championnat des Émirats. Le transfert, concrétisé seulement quelques jours après l'accord de paix entre les deux États, a largement été relayé dans les médias israéliens. Alors que les deux pays continuent de nouer des liens, Saba pourrait faire office de pionnier avant, pourquoi pas, l’arrivée d’un premier joueur émirati dans le championnat israélien.

• Un rachat symbolique

Autre annonce largement évoquée par les médias israéliens : le potentiel rachat du club du Beitar Jérusalem par le richissime émirati, Hamad Ben Khalifa Al-Nahyan. Le 8 décembre dernier, le club du Beitar annonçait l’acquisition de 50% des parts du...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi