Félix Auger-Aliassime, qualifié pour les demi-finales du Rolex Paris Masters : « De moins en moins de trous dans mon jeu »

Depuis bientôt un mois, ça plane pour Félix Auger-Aliassime. (P. Lahalle/L'Équipe)

Vainqueur autoritaire de Frances Tiafoe en quarts de finale du Rolex Paris Masters, vendredi (6-1, 6-4), Félix Auger-Aliassime est toujours en lice pour un quatrième titre en quatre semaines.

« Vous voilà à seize victoires d'affilée en trois semaines et demie. Qu'est-ce qui l'emporte, la confiance ou la fatigue ?
Il y a beaucoup de confiance, c'est vrai, mais je pense qu'elle est basée sur des choses concrètes, sur une discipline dans la préparation, dans ma récupération, dans ma façon de jouer aussi. J'aborde chaque match de la même façon, avec cette confiance mais en même temps cette humilité de me dire que je peux toujours perdre, à chaque match. Cela m'a permis de me mobiliser et d'être prêt à tous les scénarios tous les matches que j'ai joués dernièrement. Je vais continuer avec cette même approche.


lire aussi

Le tableau du Paris Rolex Masters

Ok pour la confiance. Et la fatigue ?
Au niveau de la fatigue, ça dépend des jours. Ici, le premier tour était très difficile, je ne me sentais pas très bien (6-7, 6-4, 7-6 contre Mikael Ymer). Même jeudi matin, avant de jouer Gilles (Simon), je ne me sentais pas au mieux, et finalement j'ai trouvé l'énergie qu'il fallait pour bien jouer. Depuis d'aujourd'hui, je me sens très bien, je pense que j'aurai l'énergie pour finir ce tournoi.

Estimez-vous avoir franchi un cap ces dernières semaines, et si oui, est-il psychologique ou tennistique ?
Tennistiquement, après l'US Open, j'ai eu le temps de m'entraîner, je suis allé en Coupe Davis assez tôt, j'ai passé beaucoup d'heures sur le court, beaucoup d'heures à m'entraîner physiquement aussi. C'est bien que cela paie aussi rapidement. C'est vrai que j'ai toujours eu confiance en mon travail et ma discipline, mais on ne sait jamais quand ou comment cela va payer. D'avoir ce succès ces derniers temps, c'est magique. Je prends beaucoup de plaisir à jouer de cette façon.

Et si vous deviez décrire les bienfaits de la confiance, sur le court, lesquels mettriez-vous en avant ?
Les choix sont beaucoup plus clairs et il y a aussi plus de sérénité, on l'a vu à certains moments cette semaine. J'arrive à faire le bon coup au bon moment, j'arrive à rester tranquille dans ma tête, dans mon corps et c'est ce que la confiance amène. Je pense que cela vient aussi d'une fondation solide dans mon jeu. Avec les améliorations techniques que j'ai faites, je sens qu'il y a aujourd'hui de moins en moins de trous dans mon jeu. J'ai toujours très bien servi, j'ai toujours eu de très bons coups droits, mais mon retour, mon revers, mes amorties, la variété dans mon jeu devient aussi une force sur laquelle je peux compter. »


lire aussi

Le jour où... Félix Auger-Aliassime : « Yannick Noah ne se déplace pas pour n'importe qui »