F1 - 2017 - Nico Hülkenberg : «Avec ces voitures, c'est presque impossible de dépasser»

L'Equipe.fr
Plusieurs pilotes ont confirmé, après le Grand Prix d'Australie dimanche, qu'il serait plus difficile de dépasser en piste cette saison.

Plusieurs pilotes ont confirmé, après le Grand Prix d'Australie dimanche, qu'il serait plus difficile de dépasser en piste cette saison.Malgré l'introduction du DRS en 2011, les dépassements ne sont pas légion en F1, au grand dam des (télé)spectacteurs. Et cela ne va certainement pas s'arranger cette année, comme l'a déjà montré le premier Grand Prix de la saison, dimanche dernier en Australie. Certes, le tracé urbain de Melbourne ne favorise pas la prise de risques pour gagner des places, et le prochain Grand Prix, en Chine, devrait permettre d'y voir plus clair. Mais de l'avis même des pilotes, il ne faut pas s'attendre à des miracles cette année.«C'est définitivement plus difficile de dépasser, a déclaré Sebastian Vettel après sa victoire en Australie. Déjà, les années précédentes, c'était compliqué de suivre une voiture, une seconde ou une seconde et demie derrière elle, à cause des turbulences aérodynamiques. Vous perdiez le grip de votre monoplace si vous étiez trop près. Et aujourd'hui, avec les appuis aéros qui ont été augmentés par la nouvelle réglementation, ainsi que la plus importante largeur des F1, c'est plutôt à deux secondes, deux secondes et demie que vous ressentez encore les effets. Il est donc plus difficile de suivre les voitures, notamment dans les virages rapides. Alors certes, vous profitez aussi d'une plus grande aspiration dans les lignes droites, mais si vous ne pouvez pas vous rapprocher dans les virages...»Lewis Hamilton (Mercedes), bloqué durant plusieurs tours par Max Verstappen (Red Bull) après son premier arrêt aux stands, ce qui a permis à Vettel de prendre la tête, en fait l'amère expérience. Un autre pilote, Esteban Ocon (Force India), qui est resté 30 tours derrière Fernando Alonso (McLaren), a pu se rendre compte de la difficulté de doubler. «Nico (Hülkenberg) et moi étions bien plus rapides que Fernando, mais c'était impossible de se rapprocher de lui, a déclaré le Français. Il a fait une petite erreur au virage 12 et j'ai réussi à trouver l'ouverture. Mais sans cette erreur...» Et l'Allemand s'est lui-même retrouvé ensuite bloqué par Ocon : «J'espérais qu'il ait un souci avec ses pneus tendres, et comme j'étais en super-tendres, j'étais plus rapide. Mais j'ai vite compris que ça n'allait pas arriver. Et avec ces voitures, c'est presque impossible de doubler. Alors que j'aurais sûrement pu aller une demi-seconde plus vite que lui.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages