F1 2019 : Les nouvelles règles peut-être passées inaperçues

Jonathan Noble
motorsport.com

L'effort pour en finir avec l'effet d'écartement du flux d'air des anciens designs, et pour permettre de réduire les turbulences subies par les voitures suiveuses, vise à augmenter les opportunités de dépassement. Il a également beaucoup été question des nouvelles règles pneumatiques visant à simplifier les sélections lors des week-ends de Grands Prix.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, and Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, and Sebastian Vettel, Ferrari SF71H <span class="copyright">Joe Portlock / LAT Images</span>
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, and Sebastian Vettel, Ferrari SF71H Joe Portlock / LAT Images
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Joe Portlock / LAT Images

L'ère turbo hybride de la F1 a été basée sur la construction de moteurs plus efficaces en termes de consommation d'essence, mais cela a eu pour conséquence de contraindre les pilotes à jouer l'économie pendant les courses. Alors que les équipes se sont battues pour améliorer les choses, la réalité des voitures à plus grande traînée apparues en 2017 a obligé à des compromis avec la limite originelle des 100 kg, qui a déjà été rehaussée à 105 kg.

Race retiree Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team

Race retiree Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team <span class="copyright">Manuel Goria / Sutton Images</span>
Race retiree Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team Manuel Goria / Sutton Images

Manuel Goria / Sutton Images

Le poids minimum des voitures incluant depuis longtemps celui du pilote, il est clair que les petits gabarits représentaient un avantage pour les écuries. Et même si le pilote n'était pas suffisamment léger pour faire passer l'ensemble sous le poids minimum, qui est de 743 kg cette année, un poids plume pouvait apporter plus de liberté pour les équipes dans l'utilisation de lests aux bons endroits, afin de favoriser la performance.

Grid

Grid <span class="copyright">Mark Sutton / Sutton Images</span>
Grid Mark Sutton / Sutton Images

Mark Sutton / Sutton Images

L'un des aspects les plus frustrants des nouvelles règles turbo hybrides a été la vague de pénalités pour les pilotes qui avaient besoin de nouvelles pièces. Elles ont parfois dépassé la centaine et les fans – et pas qu'eux ! – ont parfois été perdus concernant le véritable ordre de départ.

Cela a incité les dirigeants de la discipline à réagir. L'an passé déjà, il avait été décidé de directement mettre les pilotes en fond de grille s'ils écopaient de plus de 15 places de pénalité, ce qui a légèrement amélioré la situation. Mais une règle énonçant que l'ordre des pilotes s'élançant depuis les dernières places sur la grille serait déterminé par l'ordre de sortie des stands dès les EL1 entraînait d'étranges files d'attente en bout de pitlane certains vendredis matins.

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H at the start of the race

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H at the start of the race <span class="copyright">Manuel Goria / Sutton Images</span>
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ leads Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H at the start of the race Manuel Goria / Sutton Images

Manuel Goria / Sutton Images

La bataille entre les motoristes leur a permis d'explorer certaines zones d'ombre de la réglementation technique, parmi lesquelles le processus de combustion d'huile permettant de booster la puissance. La FIA a légiféré afin de limiter la quantité d'huile que les équipes peuvent brûler et de nouvelles restrictions vont être mises en place pour 2019.

Ainsi, une nouvelle règle précise que les équipes devront totalement vider leurs réservoirs d'huile auxiliaires durant les qualifications. Cela devrait mettre fin aux efforts pour brûler de l'huile lors du passage en "mode qualifs".

Les dépassements après Safety Car

Safety Car leads Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 and Max Verstappen, Red Bull Racing RB14

Safety Car leads Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 and Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 <span class="copyright">Steve Etherington / LAT Images</span>
Safety Car leads Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, leads Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 and Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Steve Etherington / LAT Images

Steve Etherington / LAT Images

Par le passé, une fois la voiture de sécurité dans les stands, les pilotes étaient autorisés à dépasser au passage de la première ligne de Safety Car, souvent située avant la ligne de départ/arrivée. Cette règle change en 2019, aucun dépassement n'étant désormais autorisé tant que les pilotes n'ont pas passé la ligne de départ/arrivée après le restart.

Charles Leclerc, Ferrari SF71H and Ferrari mechanics

Charles Leclerc, Ferrari SF71H and Ferrari mechanics <span class="copyright">Mark Sutton / Sutton Images</span>
Charles Leclerc, Ferrari SF71H and Ferrari mechanics Mark Sutton / Sutton Images

Mark Sutton / Sutton Images

Dans le but de réduire les coûts, les équipes sont limitées depuis de nombreuses années concernant la taille du personnel qui peut être présent au circuit pour faire fonctionner la voiture. Si de telles décisions ont bien fonctionné, elles ont eu pour conséquence inattendue de rendre les équipes réticentes à se servir des week-ends de Grand Prix pour amener des jeunes recrues, au risque de perdre une place importante.

En 2019, il y aura de toutes nouvelles opportunités pour elles d'acquérir de l'expérience sur les circuits, car une exception à la limite des 60 personnes a été décidée. Pendant l'année, les équipes auront droit à six exemptions pour les "apprentis" en plus des 60 membres du personnel habituels, même si personne ne pourra faire plus de deux Grands Prix en étant dans ce cas.

Les équipes s'inspecteront elles-mêmes

Mercedes AMG F1 mechanics push the car of Valtteri Bottas, Mercedes-Benz F1 W08 down pitlane

Mercedes AMG F1 mechanics push the car of Valtteri Bottas, Mercedes-Benz F1 W08 down pitlane <span class="copyright">Sutton Images</span>
Mercedes AMG F1 mechanics push the car of Valtteri Bottas, Mercedes-Benz F1 W08 down pitlane Sutton Images

Sutton Images

Les équipes de F1 se sont souvent retrouvées à faire la queue dans les stands le jeudi, dans l'attente de passer l'inspection officielle avant la première séance d'essais libres. Cela va changer en 2019, la FIA ayant modifié la réglementation pour laisser les équipes s'occuper de cette inspection elles-mêmes.

The green light opens the pit lane

The green light opens the pit lane <span class="copyright">Steven Tee / LAT Images</span>
The green light opens the pit lane Steven Tee / LAT Images

Steven Tee / LAT Images

Dans certaines circonstances, des pilotes sont contraints de s'élancer depuis les stands (comme un changement important après les qualifications, sous le Parc Fermé). Jusqu'ici, ils n'avaient pas le droit d'aller en piste avant de prendre le départ, même pour effectuer le tour de formation.

En 2019, les choses changent : les voitures partant des stands pourront effectuer le tour de formation à l'arrière, une fois que la dernière voiture sur la grille aura passé la sortie des stands. En fin de tour de formation, ces monoplaces devront de nouveau passer par les stands avant de prendre le départ, comme avant.

Des nouveaux accessoires

Max Verstappen, Red Bull Racing RB14

Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 <span class="copyright">Jerry Andre / Sutton Images</span>
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Jerry Andre / Sutton Images

Jerry Andre / Sutton Images

Deux changements sont à signaler du côté de ce que portent les pilotes au volant de leurs voitures. Tout d'abord, l'utilisation de gants biométriques deviendra formellement obligatoire (même s'ils ont déjà été utilisés auparavant).

Le changement le plus significatif sera cependant au niveau du casque, de nouveaux standards de sécurité ayant été introduits pour une meilleure protection de la tête. Tirant les leçons de l'accident de au Grand Prix de Hongrie 2009, la partie frontale va désormais couvrir une plus grande surface, avec une ouverture plus petite pour la visière, ceci afin d'offrir une meilleure protection contre les projectiles et une meilleure absorption d'énergie dans cette zone qui était protégée auparavant par une bande en Zylon situé sur la visière elle-même.

Les panneaux lumineux à damier

Charles Leclerc, Sauber C37 takes the chequered flag waved by Winnnie Harlow (CDN)

Charles Leclerc, Sauber C37 takes the chequered flag waved by Winnnie Harlow (CDN) <span class="copyright">Mark Sutton / Sutton Images</span>
Charles Leclerc, Sauber C37 takes the chequered flag waved by Winnnie Harlow (CDN) Mark Sutton / Sutton Images

Mark Sutton / Sutton Images

Suite à l'incident du Grand Prix du Canada 2018, lorsque la personne chargée de brandir le drapeau à damier l'avait fait un tour trop tôt, un changement a été décidé. Le drapeau ne sera plus le seul signal officiel de la fin de course. Ainsi, un panneau lumineux sera désormais montré à la fin de course une fois la distance de course totale réalisée.

À lire aussi