F1 - Alpine, anciennement Renault, a dévoilé sa voiture (bleue) de la saison 2021

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Oublié le jaune et noir de Renault. L'écurie française, qui a dévoilé sa nouvelle voiture mardi, roule désormais en bleu sous le nom d'Alpine A521. « Allez les Bleus. » La formule est venue, portée par Luca de Meo, le PDG du groupe Renault, comme une signature à l'issue de la présentation de la toute première Alpine F1 de l'histoire. Baptisée A521 en référence à l'Alpine F1 restée à l'état de projet impulsée dès 1972 et baptisée alors A500. Un slogan pour souligner les racines très françaises d'une F1, évolution de la RS20 de 2020 siglée Renault. Cette fois, la France courra sous ses couleurs tricolores. Un bleu Alpine vif et lumineux accompagné d'un liseré blanc venant souligner le rouge habillant la partie arrière de la F1 française. Luca de Meo : « Cette monoplace se veut tel un drapeau qui symbolise les couleurs de la France, mais aussi de l'Union Jack britannique. Parce que cette voiture résume l'esprit d'équipe qui unit les hommes de Viry en France et ceux d'Enstone en Angleterre. » lire aussi Mercedes est-elle encore favorite en 2021 ? D'un côté les motoristes français, de l'autre côté de la Manche l'usine, le châssis, l'aérodynamique. Luca de Meo se veut dans le verbe le lien entre ces 1 200 collaborateurs tous dédiés à la performance de cette Alpine 2021, mais aussi et sans doute très vite l'esprit tourné vers 2022 avec une toute nouvelle réglementation. Là où chacun partira en théorie à égalité. À partir d'une feuille blanche qu'il va falloir remplir d'ici au printemps 2022. Esteban Ocon « Notre ambition est très claire, nous voulons nous battre devant » Mais revenons à 2021. Tout allait lors de la présentation virtuelle tourner autour de l'histoire d'Alpine. De sa naissance en 1955 à la célèbre A110 née en 1962, pour égrener ensuite les plus belles pages d'un constructeur vainqueur au Monte Carlo en 1971 ou encore au Mans en 1978. Esteban Ocon fort de son année au volant de la Renault en 2020 a tout naturellement joué l'ambassadeur des ambitions d'Alpine : « Nous avons fait de gros progrès l'an passé. Notre ambition est très claire. Nous voulons nous battre devant. J'ai discuté avec les ingénieurs et nous sommes tous très confiants sur le potentiel de cette A521. Nous devrons nous montrer plus constants encore qu'en 2020 et, ce, sur tous les types de circuit. » Davide Brivio le nouveau Directeur Sportif de l'écurie en provenance de Suzuki et du Moto GP a, lui, insisté sur le nécessaire esprit d'équipe qui devra animer les pilotes. Comme un avertissement en creux à Esteban Ocon et Fernando Alonso, deux fortes personnalités à deux pilotes déterminés à jouer leur carte. « La F1, comme le MotoGP, est avant tout un sport d'équipe. Les pilotes ne doivent pas uniquement courir pour eux, mais aussi pour toute l'équipe. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Daniil Kvyat sera le troisième pilote de l'écurie Reste à positionner cette Alpine sur la grille. Et imaginer son potentiel. Marcin Budkowski, le nouveau patron de l'écurie française, reste mesuré : « Cette F1 est une évolution du modèle Renault 2020. Nous avons essayé de l'optimiser sur chaque point. Avec les changements de réglementation sur les pneus et l'aérodynamique nous allons devoir développer cette voiture tout en gardant la dynamique de la seconde partie de la saison 2020. » Laurent Rossi, le nouveau patron de la marque Alpine, allait lui citer via des données brutes, le potentiel de cette Alpine : « En 2020 Renault a inscrit 181 points et obtenu trois podiums. Nous avons travaillé pour optimiser les performances du moteur et travaillé sa fiabilité. » Un point essentiel pour valider les progrès comptables de l'écurie française. « Tout en gardant dans un coin de notre tête le challenge de la refonte des règlements pour la période 2022-2025. » Une priorité. 2021 sera une année de transition. Où il faudra optimiser le potentiel de cette Renault 2021, repensée cet hiver, mais qui ne pourra tout au long de la saison bénéficier de toutes les attentions d'une écurie et d'un constructeur qui comme le dit son PDG Luca de Meo est en F1 « pour longtemps et pour vaincre. Ce qui signifie, à l'image de la marque Renault, que 2021 sera difficile, mais nous allons nous battre pour relever le challenge et faire que le meilleur devienne possible. » Allez les Bleus.