F1 : Après la polémique Red Bull, la FIA monte au créneau

Épinglé pour avoir dépassé le plafond budgétaire de la Formule 1 en 2021, Red Bull a été condamné à payer une amende de 7M€ et à une réduction de 10% du temps consacré aux tests aérodynamiques. Certains concurrents de l’écurie autrichienne ont jugé que cette sanction était trop indulgente. Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, estime quant à lui qu’elle était appropriée.

La fin de saison de Red Bull n’a pas été de tout repos. Si Max Verstappen a été sacré champion du monde pour la deuxième année consécutive et que le championnat constructeur a été remporté, l’écurie autrichienne a notamment dû faire face aux sanctions de la FIA. En effet, Red Bull a été reconnu coupable d’avoir dépassé le plafond budgétaire fixé par la Formule 1 en 2021. Pour cela, l’équipe dirigée par Christian Horner a été condamnée à payer une amende 7M€, ainsi qu’une réduction de 10% du temps consacré aux tests aérodynamiques. Mais pour les écuries concurrentes de Red Bull, cette sanction avait été jugée trop indulgente.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Certains veulent qu'ils soient pendus et veulent voir du sang »

Un avis que ne partage pas Mohammed Ben Sulayem. « Si l'on regarde les autres écuries, elles diront que nous avons été indulgents avec eux. Et la pénalité ? Certains veulent qu'ils soient pendus et veulent voir du sang. Les écuries (coupables), elles, trouvent (leur…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com