Cinquième pole de la saison pour Valtteri Bottas !

AUSTIN, TEXAS - NOVEMBER 02: Valtteri Bottas driving the (77) Mercedes AMG Petronas F1 Team Mercedes W10 on track during final practice for the F1 Grand Prix of USA at Circuit of The Americas on November 02, 2019 in Austin, Texas. (Photo by Charles Coates/Getty Images)
AUSTIN, TEXAS - NOVEMBER 02: Valtteri Bottas driving the (77) Mercedes AMG Petronas F1 Team Mercedes W10 on track during final practice for the F1 Grand Prix of USA at Circuit of The Americas on November 02, 2019 in Austin, Texas. (Photo by Charles Coates/Getty Images)

FORMULE 1 - Auteur d’un tour magnifique sur son premier run en Q3, Valtteri Bottas a décroché une pole position méritée sur le circuit d’Austin, qui ne relance que très modérément le suspense quant à l’attribution du titre de champion du monde.

On ne pourra certainement pas reprocher à Valtteri Bottas de ne pas s’être battu jusqu’au bout. Alors que le Finlandais est le seul pilote qui a conservé jusqu’ici une chance (désormais infime) de priver Lewis Hamilton d’un sixième titre de champion du monde, le “deuxième pilote” de Mercedes a signé une pole position brillante ce samedi sur l’exigeant circuit d’Austin. Depuis le début du week-end, les trois top teams se tenaient en termes de performance, mais Bottas a su mettre tout le monde d’accord dès que les choses sérieuses ont commencé.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

C’est en effet dès le début de la Q3 que le Finlandais a construit son résultat, réalisant un tour parfait sur son premier run, record de la piste à la clé (1’32”029). Si la Ferrari de Sebastian Vettel s’approchait dans la foulée à 12 petits millièmes de secondes de la Mercedes n°77, la messe était dite. L’ultime tour rapide n’allait en effet pas changer les positions dans le top 10, composant une grille de départ des plus alléchantes.

Hamilton et Albon, perdants du jour

Derrière le Finlandais et l’Allemand, ce sont en effet les deux jeunes loups aux dents longues, Max Verstappen et Charles Leclerc, qui occuperont la deuxième ligne. Du côté des écuries de pointe, les perdants du jour sont le leader du championnat du monde Lewis Hamilton, qui n’a pas cherché à trop pousser sa machine et prolonge donc sa mauvaise série en qualifs, et le coéquipier de Verstappen chez Red Bull, Alexander Albon. La suite du classement fait la part belle au duel des seconds couteaux McLaren et Renault, arbitré par la Toro Rosso de Pierre Gasly, de plus en plus à l’aise dans cette fin de saison.

Difficile d’en dire autant des Alfa Romeo, une fois de plus toutes deux éliminées en Q1, ou même des Haas, qui évoluent à domicile mais n’ont pu aller au-delà de la Q2. Limpide de bout en bout, la séance de la qualifications de ce samedi aura tout simplement illustré à merveille les tendances lourdes de la deuxième partie de saison, avec un resserrement en haut de la feuille des temps, et une hiérarchie plus marquée dans le peloton.

Il faudra plusieurs miracles à Bottas

En signant avec autorité sa onzième pole position en carrière, la cinquième de la saison, le Finlandais a donc rempli sa part du contrat. Il lui faudra cependant un miracle, et même plusieurs, pour maintenir le suspense dans ce championnat du monde 2019. Ce dimanche (départ de la course à 20h10, heure française), Bottas doit en effet impérativement s’imposer et espérer que son coéquipier ne finisse pas dans les points pour garder mathématiquement une chance de le coiffer au poteau.

Le souci, c’est que même si ce miracle se réalise (Hamilton devrait en effet se montrer extrêmement prudent en course), la situation sera exactement la même dans deux semaines au Brésil, puis, en cas de nouveau miracle, deux semaines plus tard à Abu Dhabi. Autant dire que l’enjeu de ce GP des Etats-Unis est sans doute ailleurs pour Valtteri Bottas, qui peut par exemple s’assurer de la deuxième place au classement pilotes en terminant devant ses rivaux immédiats Leclerc, Vettel et Verstappen, ceux-là même qui seront dans ses rétroviseurs sur la grille de départ...

À lire aussi