La F1 dévoile une énorme perte de revenus en 2020

Adam Cooper
motorsport.com

Les revenus pour la période allant de janvier à mars sont passés de 246 millions de dollars l'an passé à seulement 39 millions (soit environ 36 millions d'euros au taux de change actuel) cette année, durant une période qui a vu la perte de deux Grands Prix, ceux d'Australie et de Bahreïn. Même si ces épreuves ont payé les droits d'entrées à l'avance, la Formule 1 a clairement indiqué qu'elle ne considérait pas ces paiements comme des revenus. Le même traitement est appliqué aux accords TV et aux contrats de sponsoring.

Les recettes primaires, qui comprennent les droits d'entrée, les contrats de diffusion et le sponsoring, ont chuté de 198 millions de dollars à 13 millions de dollars (12 millions d'euros), seuls certains éléments liés au sponsoring étant comptabilisés. Les autres recettes sont passées de 48 millions à 26 millions de dollars (24 millions d'euros). Le revenu d'exploitation global est passé d'une perte de 47 millions de dollars pour la période janvier-mars 2019 à une perte de 137 millions de dollars (127 millions d'euros) en 2020.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La F1 dispose désormais de 1,4 milliard de dollars en cash

Liberty Media explique ainsi : "Étant donné qu'aucun événement n'a eu lieu au cours du premier trimestre 2020, les recettes primaires de la F1 se composaient uniquement des éléments des contrats de sponsoring associés à des droits non liés à la course qui ont été comptabilisés au cours de la période, et aucune redevance de promotion de course ni aucune redevance de diffusion n'ont été comptabilisées."

"De même, les autres recettes de la F1 ont diminué en raison de l'absence de recettes comptabilisées pour le Paddock Club et d'autres activités liées aux Grands Prix et à la production télévisuelle. Nous prévoyons actuellement qu'aucune course n'aura lieu au cours du deuxième trimestre 2020."

La F1 a malgré tout réussi à réduire ses coûts de fonctionnement durant la même période, passant de 52 millions à 43 millions de dollars d'une année sur l'autre. Cela malgré le fret du paddock envoyé dans son intégralité vers l'Australie et le fait que le chômage partiel n'a pas pu être mis en œuvre avant avril et donc le deuxième trimestre.

Lire aussi :

Face à la crise, la F1 paie certaines équipes en avance

Officiellement, aucun paiement n'a été fait aux équipes, la pratique voulait que ceux-ci soient comptabilisés si et quand les courses se déroulent. L'an passé, les écuries avaient reçu un total de 93 millions de dollars entre janvier et mars. "Aucune dépense de paiement d'équipe n'a été enregistrée puisque ces paiements sont comptabilisés au prorata des courses du calendrier", indique ainsi Liberty Media.

"Les autres coûts sont de nature largement variable et sont directement liés aux opportunités de revenus. Ces coûts ont diminué principalement en raison de l'absence de courses et du report des dépenses non essentielles. Certains coûts ont été engagés au cours du premier trimestre en prévision du début de la saison 2020, notamment les coûts de fret, de voyage et les coûts techniques liés au Grand Prix d'Australie, qui a été annulé la veille de l'événement."

"La F1 a mis en œuvre certaines mesures de réduction des coûts, notamment des réductions de salaires et du chômage partiel soutenus par le gouvernement britannique touchant environ 50% de ses employés, à compter du 3 avril 2020, ce qui n'a pas eu d'incidence sur les résultats du premier trimestre mais en aura une sur le deuxième."

À lire aussi