La F1 "devrait tout faire" pour avancer les nouveaux moteurs à 2025

Guillaume Navarro
·3 min de lecture

Les motoristes F1 sont actuellement en pourparlers pour avancer d'un an l'introduction prévue du nouveau groupe motopropulseur, alors qu'ils visaient initialement la saison 2026. Ces discussions s'inscrivent dans le cadre d'une proposition de gel du développement des moteurs à partir de 2022 qui permettrait à Red Bull de continuer à utiliser les unités Honda après le retrait de la F1 du motoriste japonais à la fin de l'année prochaine.

La F1 utilise ses moteurs turbo hybrides V6 actuels depuis la saison 2014, mais des voix s'élèvent pour réclamer une spécification plus simple et moins coûteuse à l'avenir. Mercedes a remporté l'intégralité des couronnes pilotes et constructeurs en jeu depuis la mise en course des motorisations actuelles. Pourtant, le patron de Mercedes Toto Wolff a déclaré que la F1 devrait chercher à accélérer l'introduction des nouveaux moteurs, estimant qu'il n'est pas trop tard pour que la réglementation soit fixée à temps pour 2025.

"Nous n'avons pas encore de réglementation pour le moteur 2026, mais je pense que nous sommes tous conscients de ce qui se passe dans le monde", déclare Wolff. "Nous devons tout faire pour avancer à 2025, et tous les fabricants d'unités de puissance ont accepté cet objectif. Je pense que [2025] serait encore possible. La question est de savoir si l'on veut vraiment avoir des réglementations si tôt et ainsi un développement parallèle avec l'unité de puissance actuelle et un nouveau groupe propulseur ? C'est la raison pour laquelle le gel doit venir."

Lire aussi :

La F1 s'engage pour des moteurs hybrides au-delà de 2025

Les acteurs impliqués dans les règles… et ce que cela implique !

Bien que l'impulsion donnée à la présentation des nouvelles unités de puissance ait permis de faire évoluer les discussions sur le gel des moteurs, en modifiant notamment la position de Ferrari, les constructeurs restent en désaccord sur le système de convergence proposé. Classique en F1, mais suffisant pour générer d'importants délais de prise de décision !

Le patron de Ferrari, Mattia Binotto, s'est fait l'écho des réflexions de Wolff sur l'importance d'avancer l'introduction des nouveaux moteurs, mais a déclaré qu'un gel − avec un mécanisme de convergence des performances − se doit aussi de faire partie de l'accord. "Je pense qu'il est important pour la F1 d'avancer la réglementation sur les moteurs et les groupes propulseurs de 2026 à 2025", juge l'ingénieur. "Nous devons d'une manière ou d'une autre suivre les tendances de l'automobile, et nous assurer qu'en tant que F1, nous sommes une plateforme d'innovation. En faisant cela, nous pourrions éventuellement anticiper le gel jusqu'en 2022. C'était pour 2023, et évidemment, on avancerait tout d'un an."

Lire aussi :

La perte des concessions va changer le travail de KTM cet hiver

"Comme nous l'avons dit, si nous envisageons une convergence des performances, qui n'est pas un équilibre ou une performance, il s'agit de libérer cette convergence des performances et [ainsi] de s'assurer que s'il y a un constructeur qui est vraiment en manque de puissance ou de performance [par rapport à la concurrence], il convient de l'aider."

Un système que l'on voit notamment avec le principe de concessions en MotoGP, autorisant certains acteurs à faire évoluer des éléments techniques gelés chez les autres sur la base de performances passées ou encore à faciliter l'accessibilité à un niveau de compétitivité suffisant un nouvel arrivant avec différents leviers, comme l'autorisation de tests.

"Je pense à nouveau que nous devrions l'envisager", estime Binotto. "Je pense qu'il vaut mieux l'envisager maintenant, essayer de réfléchir à l'avance au lieu de simplement attendre la situation et d'avoir des discussions folles à ce moment-là. Geler serait très responsable, simplement pour envisager un tel scénario et s'assurer que nous y sommes préparés."

Lire aussi :

Gel des moteurs : Red Bull insiste sur la nécessité de convergence Gel des moteurs : Renault clarifie sa position et ses conditions