La F1 discute avec des circuits qui ne sont pas au calendrier

Emmanuel Touzot
·3 min de lecture

Dès le mois de février, juste après le premier report annoncé en F1, le circuit d'Imola s'était manifesté et avait proposé de remplacer la manche de Shanghai. Une idée qui avait paru opportuniste à ce moment-là, d'autant que la saison semblait alors se diriger vers des perturbations limitées. Mais devant l'aggravation de la situation sanitaire et la complication des trajets pour passer d'un continent à l'autre, et face à des restrictions qui devraient durer encore plusieurs mois, recentrer la saison 2020 sur l'Europe (à l'image du plan que met en place le MotoGP) semble désormais une idée plus que pertinente.

Ainsi, la F1 travaille sur un lancement en juillet, et plusieurs courses pourraient être disputées sur les mêmes circuits afin de réussir à faire de 2020 un exercice suffisamment long pour générer des revenus et assurer la survie des équipes. Lors d'une conférence, Chase Carey a révélé que la possibilité de se rendre sur des circuits n'ayant aucun accord avec la Formule 1 était désormais réaliste.

"Nous avons travaillé sans relâche depuis l'Australie et nous sommes impliqués activement avec nos promoteurs pour mettre en place un potentiel calendrier 2020", a expliqué le PDG de la F1. "Nous avons deux défis principaux : il faut identifier les lieux dans lesquels nous pouvons organiser une course, et déterminer comment nous acheminons tous les acteurs et leur matériel à cet endroit pour courir. Nous sommes en discussion avec tous nos promoteurs et avec des circuits qui ne sont pas actuellement au calendrier 2020, de sorte que nous explorions toutes les options."

Lire aussi :

Le protocole draconien du GP d'Autriche sera "un modèle à suivre"

Le travail le plus important est effectué avec les dirigeants du Red Bull Ring, où devrait se dérouler la reprise en début d'été au travers de deux courses, comme le confirme Chase Carey, et où sera mis en place un protocole sanitaire qui pourrait être appliqué pendant plusieurs semaines : "Notre objectif est de lancer la saison le week-end des 4 et 5 juillet en Autriche. Il est probable que nous courions lors du week-end des 11 et 12 juillet en Autriche également. Nous sommes en discussions avancées pour la mise en place d'un calendrier de courses européennes supplémentaires jusqu'à début septembre, y compris en courant lors de la traditionnelle pause d'août."

Le circuit de Hockenheim pourrait également servir de théâtre à une course à huis clos, des discussions sont en cours et Liberty Media devrait prendre en charge les coûts liés à ces manches sans public. Mais Chase Carey espère évidemment que la fin de saison pourra se dérouler avec des spectateurs sur les circuits : "Nous nous attendons à ce que la première partie du calendrier soit [composée] de courses sans fans, mais nous espérons pouvoir les autoriser à assister [aux Grands Prix] en seconde partie d'année."

"Nous travaillons avec la FIA, les autorités locales et les autres experts pour identifier les étapes et les procédures nécessaires au transport de chacun en toute sécurité vers chaque lieu de compétition, et pour permettre à ces individus d'opérer et d'être hébergés de manière sûre et sécurisée. Nous nous sentons de plus en plus positifs au sujet du nombre de lieux qui pourront et voudront organiser des courses cette année."

Lire aussi :

La Dorna et Jerez fixent une date pour la reprise du MotoGP