La F1 enregistre une perte de 88 M€, les revenus augmentent à nouveau

Fabien Gaillard
·4 min de lecture

Les résultats financiers 2020 de la Formule 1 sont évidemment suivis de près, alors que les effets sur l'économie et les finances de la crise liée à la pandémie de COVID-19, qui a notamment provoqué l'annulation de 13 des 22 Grands Prix initialement prévus, continuent de se faire ressentir même s'ils semblent s'atténuer peu à peu.

F1 Group a ainsi récolté des revenus à hauteur de 597 millions de dollars (environ 506 millions d'euros au taux de change actuel) pour la période allant de juillet à septembre, contre 633 millions sur le même trimestre en 2019. Des pertes opérationnelles de 104 millions de dollars (environ 88 millions d'euros) ont également été annoncées, alors que des bénéfices de 32 millions ressortaient de la même période l'an passé.

Lire aussi :

Les revenus de la F1 se sont effondrés de 500 M€ lors du confinement

Les revenus 2020 liés aux droits d'inscription des Grands Prix au calendrier, aux télévisions et au sponsoring, alloués au prorata de chaque trimestre, reflètent le nombre de courses qui ont eu lieu pendant ces laps de temps. Le second trimestre de la F1 avait été peu représentatif car, entre avril et juin, aucune course n'a pu avoir lieu. Des revenus de 24 millions de dollars avaient été enregistrés, contre 620 millions en 2019, soit de 525 à 20 millions d'euros environ (au taux de change en vigueur au mois d'août).

Cela a forcément changé pour le troisième trimestre lors duquel 10 des 17 Grands Prix prévus dans la saison 2020 remaniée se sont tenus, contre sept en 2019. Toutefois, en dépit du pourcentage plus élevé de courses, les revenus ont diminué par rapport à la saison précédente. Cela est lié au fait que les GP organisés cette année ont entraîné des revenus moindres en termes de droit d'inscription, voire un paiement de la F1 pour pouvoir courir sur certaines pistes.

Liberty Media a déclaré : "Les résultats du troisième trimestre 2020 ont été affectés par l'absence de fans, le lieu des courses ainsi que le calendrier révisé des épreuves et la reconnaissance au prorata de certaines sources de revenus."

Liberty a expliqué comment les revenus provenant des contrats de télévision et de sponsoring ont été impactés, ainsi que ceux provenant des droits d'organisation des courses. "Les revenus primaires de la F1 ont diminué principalement en raison des revenus limités de la promotion des courses, les fans ayant été interdits à toutes les courses sauf une au cours du troisième trimestre."

"Cette baisse a été partiellement compensée par la croissance des revenus de la télévision, de la publicité et du sponsoring, en raison de l'impact de la comptabilisation proportionnelle plus élevée des revenus de la saison avec trois courses supplémentaires au cours de la période actuelle, ainsi que de l'impact de la comptabilisation des revenus sur un nombre de courses moins important en 2020."

"Toutefois, les revenus de la diffusion, de la publicité et du sponsoring ont été inférieurs à ceux prévus initialement sur le plan contractuel. La modification du calendrier a entraîné une baisse des redevances de diffusion conformément aux termes contractuels de certains accords de diffusion, et a également entraîné d'autres changements ponctuels, car certaines redevances de diffusion ont été renégociées pour l'année en cours."

Lire aussi :

Un GP d'Arabie saoudite nocturne confirmé pour 2021

Liberty a également admis que la F1 "a été empêchée de fournir tous les éléments d'une offre de sponsoring typique en raison de l'annulation de courses auxquelles l'inventaire de sponsoring contractuel était spécifiquement lié, et des activités limitées lors des courses, y compris l'hospitalité, qui ont conduit à des modifications ponctuelles des contrats de sponsoring".

"Les autres recettes de la F1 ont diminué au troisième trimestre en raison de la non-exploitation du Paddock Club et de la baisse des recettes de fret". Liberty a ajouté : "Actuellement, la F1 ne s'attend pas à avoir des fans lors des courses restantes en 2020."

Entre juillet et septembre, les 10 écuries de F1 ont reçu des paiements d'une valeur totale de 440 millions d'euros, une hausse substantielle par rapport à la même période en 2019 (335 millions) qui est liée des paiements "uniques" fait dans le cadre de la signature des nouveaux Accords Concorde.