F1 - F1 : Sebastian Vettel, une dernière occasion chez Ferrari en 2020

L'Equipe.fr
L’Equipe

Venu chez Ferrari pour décrocher un cinquième titre mondial, Sebastian Vettel a gagné quatorze courses en cinq ans mais n'a pas encore accompli son rêve. La saison 2020 sera sa dernière opportunité. Il est arrivé chez Ferrari, en 2015, en sautant dans la combinaison de Fernando Alonso et avec le secret espoir de remettre la Scuderia sur la voie du succès, à l'image de son mentor et compatriote Michael Schumacher. Cinq ans plus tard, celui que l'on surnommait « Baby Schumi » à ses débuts a plus de chances de quitter la Scuderia dans la peau du champion déchu comme l'Espagnol que dans celle du héros légendaire tel Schumi. Vettel-Ferrari, un divorce surprise Sur ses cinq premières saisons avec Ferrari, Vettel n'a pas démérité, loin de là. Il a remporté quatorze courses (3 en 2015, 0 en 2016, 5 en 2017, 5 en 2018 et 1 en 2019), ce qui le place dans l'histoire de la mythique écurie italienne au troisième rang derrière Schumacher (72) et Lauda (15) et il a donc fait mieux qu'Alonso (11) et Räikkönen (10). Mais le Finlandais a, lui, quitté la Scuderia (fin 2018, pour laisser la place à Charles Leclerc) avec un titre en poche, décroché en 2007 lors de son premier passage à Maranello. Vettel, de son côté, a pour l'instant échoué dans cette quête. Sans que l'on puisse le blâmer pour autant puisqu'il a à la fois buté sur une écurie, Mercedes, quasi invincible et sur les limites d'une Scuderia en perpétuelle reconstruction. En 2015, il s'est classé troisième derrière Hamilton et Rosberg. En 2016, une année « sans » pour Ferrari, il a également vu Ricciardo et sa Red Bull le devancer au Championnat, en plus des deux Mercedes. En 2017 et 2018, il a terminé vice-champion du monde derrière Hamilton sans avoir pu maintenir le suspense très longtemps. En 2019, en revanche, il a déçu avec une cinquième place au Championnat, vingt-quatre points derrière un Leclerc fraîchement promu à ce niveau. Dans le communiqué officialisant la rupture prochaine, Mattia Binotto, le patron de la Scuderia, rend d'ailleurs hommage à Vettel : « Sebastian fait déjà partie de l'Histoire de la Scuderia, avec ses 14 victoires en Grands Prix qui font de lui le troisième pilote le plus victorieux de l'équipe, alors qu'il est l'un de ceux qui ont marqué le plus de points avec nous. Durant nos cinq années ensemble, il a terminé dans le top 3 du championnat pilotes à trois reprises, apportant une contribution significative à la présence constante de l'équipe dans le top 3 du classement des constructeurs. » Reste à Vettel une occasion de briller avec cette saison 2020 dont on ne connaît pas encore officiellement la date de début et encore moins le nombre de courses en raison de l'évolution constante de la pandémie de coronavirus. Les essais hivernaux ne laissaient pas augurer un énorme potentiel pour la SF1000, la dernière née des ateliers de Maranello, et rien ne dit que Ferrari sera en mesure de redresser la barre avant la reprise des hostilités. Mais même si cette ultime campagne s'achevait sans titre, Vettel laissera une belle trace dans l'histoire de la Scuderia : « De la part de tout le monde chez Ferrari, je veux remercier Sebastian pour son grand professionnalisme et pour les qualités humaines qu'il a montrées durant ces cinq années, lors desquelles nous avons partagé tant de grands moments, souligne Binotto. Nous n'avons pas encore réussi à gagner un titre mondial, qui serait le cinquième pour lui, mais nous pensons que nous pouvons encore tirer quelque chose de cette saison 2020 inhabituelle. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi