F1 - Ferrari - Le Français Laurent Mekies prend du galon chez Ferrari

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Mattia Binotto, le patron de la Scuderia Ferrari, a modifié sa garde rapprochée pour tenter de remettre son équipe sur ses rails. Le Français Laurent Mekies est promu responsable de l'activité piste. Cet hiver, Mattia Binotto a, une nouvelle fois, procédé à de nombreux changements au sein de l'organigramme de la Gestione Sportiva. Simone Resta, qui avait été rapatrié de Sauber pour devenir directeur technique, est parti - dans le bâtiment d'à côté _ pour devenir le boss de la structure destinée à soutenir Haas. Sous les ordres du boss, ils sont désormais au nombre de quatre afin de préparer l'avenir. Et pas seulement 2021. « L'organisation se doit d'être dynamique, insistait Binotto il y a deux semaines lors de la présentation de l'équipe. Avec les changements réglementaires de 2022 et l'arrivée du plafonnement budgétaire, nous devions penser plus loin. » Laurent Mekies, l'ancien directeur sportif, prend désormais en charge toute l'activité piste et remplacera Binotto lorsqu'il ne sera pas présent à certains Grands Prix. Enrico Cardile reste le responsable du châssis et Enrico Gualtieri celui des moteurs malgré le fiasco de l'an dernier. Un dernier poste est ajouté à ce quadrumvirat, destiné à seconder Binotto : Gianmaria Fulgenzi s'occupera de la chaîne d'approvisionnement.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Un changement de direction était nécessaire pour définir les responsabilités et des processus de travail clairs, tout en réaffirmant la confiance de l'entreprise dans son groupe de talents techniques », expliquait Binotto il y a quinze jours. Une manière pour le boss de faire, un peu, baisser la pression sur ses épaules. Alors derrière son discours mercredi lors de la présentation de la SF21, chacun est venu apporter sa pierre à l'édifice, prendre sa part du fardeau. lire aussi La SF21, monoplace de l'espoir pour Ferrari Gualtieri s'est fendu l'un joli laïus poétique sur la manière dont Enzo voyait les moteurs : « Notre fondateur disait qu'il s'agissait de l'âme de la voiture. » Cardile y est allé d'un couplet technique sur l'endroit où la Scuderia a dépensé ses jetons, et c'est sans surprise sur cet arrière qu'on devine plus effilé. Enfin, Mekies a conclu la chanson en parlant de ces deux pilotes, Carlos Sainz et Charles Leclerc qui s'entendent - pour l'instant- très bien. Les rôles sont parfaitement distribués et si quelque chose ne marche pas, la hiérarchie saura où frapper...