F1 - GP de Bahreïn - Romain Grosjean a « vraiment vu la mort arriver » lors de son crash au Grand Prix de Bahreïn

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Romain Grosjean a témoigné pour la première fois après son terrible accident, dimanche, lors du Grand Prix de Bahreïn. Sorti quasiment indemne d'un effroyable accident dimanche au Grand Prix de Bahreïn et hospitalisé depuis pour soigner des blessures aux mains, Romain Grosjean a réservé ses premiers commentaires au journal de 13 Heures de TF1 : « Ça va très bien vu l'accident et les circonstances. J'ai envie de dire que j'ai des mains de Mickey mais sinon ça va. Les mouvements vont bien, c'est le principal. Ce n'est pas plaisant mais ce n'est pas douloureux donc je ne me plains pas. Je ne sais pas si le mot miracle existe ou si on peut l'utiliser, mais en tout cas ce n'était pas mon heure. Cela m'a paru bien plus long que vingt-huit secondes. « Mon fils de cinq ans, Simon, est sûr que j'ai un pouvoir magique, que j'ai un bouclier d'amour magique. Il a dit que c'est ça qui m'avait protégé, que j'avais su voler en dehors de la voiture. » Je vois ma visière qui devient tout orange, je vois les flammes sur le côté gauche de la voiture. Là, j'ai pensé à beaucoup de choses, notamment à Niki Lauda, en me disant que ce n'était pas possible, que je ne pouvais pas finir comme ça, pas maintenant, que je ne pouvais pas finir mon histoire en Formule 1 comme ça. Pour mes enfants, je me suis dit "il faut que je sorte". J'ai mis les mains dans le feu, j'ai clairement senti que mes mains étaient en train de brûler sur le châssis et puis j'ai senti quelqu'un qui tirait sur ma combinaison donc j'ai compris que j'étais dehors. lire aussi Romain Grosjean, itinéraire d'un survivant Mon fils de cinq ans, Simon, est sûr que j'ai un pouvoir magique, que j'ai un bouclier d'amour magique. Il a dit que c'est ça qui m'avait protégé, que j'avais su voler en dehors de la voiture. Ce sont des mots très forts des enfants. Mon grand Sacha de sept ans, lui, est plus dans le rationnel, il essaie de comprendre. Et ma petite dernière m'a fait un dessin pour les bobos de papa sur les mains. J'ai eu plus peur pour mes proches, mes enfants sont bien sûr ma plus grande source de fierté et d'énergie, que pour moi finalement. « C'était presque comme une seconde naissance et sortir des flammes, ce jour-là a été un moment qui marquera ma vie à jamais » Il va y avoir un peu de travail psychologique à faire parce que j'ai vraiment vu la mort arriver. Les images, même à Hollywood je pense qu'on n'est pas capable de faire ça. C'est le plus gros crash que j'ai jamais vu de ma vie, avec la voiture qui prend feu, qui explose. La batterie aussi a pris feu, ce qui a rajouté énormément d'énergie dans l'impact. Je dirais qu'il y a un sentiment d'être heureux d'être en vie, de voir les choses différemment. Mais il y a aussi le besoin de remonter dans la voiture, si possible à Abu Dhabi, pour terminer mon histoire avec la Formule 1 autrement que de cette manière. lire aussi Sous le feu, des questions C'était presque comme une seconde naissance et sortir des flammes, ce jour-là a été un moment qui marquera ma vie à jamais. Il y a énormément de gens qui m'ont envoyé des preuves d'amour, ça m'a beaucoup touché et, à certains moments, j'ai un peu les larmes aux yeux. »