F1 - GP du Brésil - F1 : le carnet de notes du GP du Brésil

L'Equipe.fr
L’Equipe

Qui a brillé à Sao Paulo, qui s'est loupé ? Retrouvez notre carnet de notes du Grand Prix du Brésil, remporté dimanche par Max Verstappen... avec plus ou moins de mauvaise foi. Quand il ne fait pas parler de lui en coulisses, Max Verstappen est capable de prouver qu'il est un excellent pilote, peut-être même le plus doué en piste actuellement. Un an après avoir perdu le GP du Brésil lors d'un accrochage idiot avec Esteban Ocon, le Néerlandais a pris sa revanche, et démontré qu'il était toujours aussi à l'aise sur le serpentin brésilien. Verstappen s'impose au terme d'une course folle La pole samedi, la victoire dimanche après avoir été globalement peu inquiété, mais tout de même en réalisant deux beaux dépassements sur Lewis Hamilton, le pilote Red Bull a vécu un week-end parfait. Et s'est placé au sommet de la lutte pour la troisième place du Championnat. Après avoir été rétrogradé chez Toro Rosso lors de la pause estivale, Pierre Gasly ne devait sans doute pas imaginer pouvoir finir sur un podium avant la fin de la saison. Et pourtant... Certes, à Sao Paulo, le Français a bénéficié de circonstances on ne peut plus favorables, avec les abandons successifs de Bottas, Vettel et Leclerc, et l'accrochage entre Albon et Hamilton, pour prendre la deuxième place derrière Verstappen. La carrière de Gasly en chiffres Mais c'est aussi ça le talent d'un pilote, surtout dans une "petite" écurie : savoir être présent lorsque les autres font des erreurs ou manquent de chance. Et puis samedi, avec sa sixième place en qualifications, il avait déjà prouvé qu'il était dans le coup à Interlagos. À 23 ans, 9 mois et 10 jours, Gasly compte désormais un podium en F1. « Le plus beau jour de ma vie », a-t-il résumé. Tout comme Gasly, Carlos Sainz a profité des différents incidents de course durant les 15 derniers tours pour aller chercher le premier podium de sa carrière (après la pénalité de 5 secondes infligée à Lewis Hamilton). Et le pilote McLaren, parti de la dernière place sur la grille après une panne de son moteur Renault dès Q1, a en tout gagné 17 places lors des 71 tours du Grand Prix. Un petit exploit pour le fils du champion du monde WRC, qui aura donc attendu 101 courses pour enfin monter sur la boîte. Et qui se retrouve ce dimanche soir 6e du Championnat, à égalité de points avec... Gasly. Le classement des pilotes Après quatre courses sans réussir à marquer un seul point, Alfa Romeo en a inscrit 22 d'un coup au Brésil ! Une grande bouffée d'air frais pour l'écurie suisse, en déliquescence depuis la pause estivale, mais qui peut encore espérer finir 7e du Championnat. Le classement des constructeurs Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi ont eu le rythme et l'intelligence suffisants pour rester dans le top 10 une bonne partie de la course, et comme d'autres pilotes, ils ont profité de la faillite des top teams dans les derniers tours pour glaner de précieux points (Räikkönen 4e, Giovinazzi 5e). L'absence de Toto Wolff a-t-elle pesé dans le résultat de Mercedes ? Quoi qu'il en soit, sans son patron, l'écurie championne du monde a commis quelques erreurs, et a manqué de réussite, avec l'abandon de Valtteri Bottas au 52e tour sur un problème moteur. Avant cela, le Finlandais n'était de toute façon clairement pas dans le rythme des meilleurs. Quant à son coéquipier sextuple champion du monde, il n'a pas été toujours très juste dans ses choix. Comme au premier restart, où il a tenté de piéger Verstappen mais s'est fait prendre à son propre jeu, ou lors de l'accrochage dans l'avant-dernier tour avec Albon, qui lui a valu cinq secondes de pénalité. Il termine finalement 7e, son deuxième plus mauvais résultat de la saison. Comme les pilotes le craignaient, le retour de Haas dans le top 10 en qualifications n'a été qu'un feu de paille. Le rythme en course était bien moins rapide, et ni Romain Grosjean, 7e sur la grille, ni Kevin Magnussen, 9e, n'a pu finir dans les points. Le Danois, qui a été pris dans un accrochage avec Daniel Ricciardo dès le 8e tour, alors que pour une fois il avait laissé la place nécessaire, a terminé 11e. Et le Français a lui pris la 13e place, regrettant son manque de réussite aux moments cruciaux de la course, au volant d'une monoplace américaine toujours aussi délicate à piloter sur la longueur d'un GP. La relation, parfois tendue cette saison, entre les deux pilotes Ferrari, à la lutte pour le leadership au sein de la Scuderia, n'avait encore jamais débouché sur un accrochage en piste. C'est désormais chose faite, et la tension va sans doute encore monter d'un cran dans le clan italien. Leclerc : « Dommage que ça se termine comme ça » Si Mattia Binotto, le patron de Ferrari, a refusé d'incriminer un des deux pilotes et affirme que tout se réglera en interne, il n'en a pas fini avec les maux de tête pour trouver comment gérer la cohabitation entre Vettel et Leclerc, qui ont rejoint dans l'histoire récente les duos Hamilton - Rosberg (Mercedes) et Ricciardo - Verstappen (Red Bull). À la vue des images, aucun des coéquipiers ne semble plus responsable que l'autre. Mais le résultat est le même pour les deux : 0 point marqué, et sans doute quelques remontrances dans le secret du motor-home italien.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi