F1 - GP du Canada : Toto Wolff (Mercedes) allume les autres patrons d'écurie

Confronté à d’importants problèmes de rebond sur ses deux monoplaces, le patron de Mercedes Toto Wolff a haussé le ton en marge du Grand Prix du Canada, accusant les autres directeurs d’écuries de ne pas vouloir régler ce problème qui touche les pilotes à géométrie variable.

La nouvelle réglementation entrée en vigueur cette année en Formule 1 a été fatale à Mercedes. Après huit saisons à dominer outrageusement la catégorie reine du sport automobile, en remportant le championnat des constructeurs de 2014 à 2021, l’écurie allemande est en grande difficulté en 2022, loin derrière Red Bull et Ferrari en terme de puissance moteur et de niveau de performance. Si les Flèches d’Argent sont montées à cinq reprises sur le podium en neuf courses disputées, elles n’ont toujours pas remporté le moindre Grand Prix. Une situation qui s’explique en partie par un problème majeur : le marsouinage. En raison de la nouvelle configuration aérodynamique des voitures, celles-ci ne cessent de rebondir sur elles-mêmes, ce qui provoque de violentes secousses aux pilotes et perturbe leur manière de conduire. Si cet effet touche à géométrie variable toutes les équipes de la grille, Mercedes est clairement l’écurie la plus touchée par ces rebonds. En atteste le comportement de Lewis Hamilton lors du Grand Prix d’Azerbaidjan, qui se plaignait d’un important mal de dos et qui a eu toutes les peines du monde à s’extraire de son baquet une fois la course terminée. C’est dans ce contexte qu’une réunion réunissant…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles