F1 - GP d'Émilie-Romagne - Lewis Hamilton (Mercedes) : « Je ne suis qu'un être humain »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Lewis Hamilton relativise après son erreur, qui aurait pu lui être préjudiciable lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne, et se contente de la deuxième place. Lewis Hamilton (Mercedes), 2e du Grand Prix d'Émilie-Romagne : « Félicitations à Max (Verstappen) qui a fait du grand travail et aussi à Lando (Norris). Quel travail incroyable, ça fait plaisir de voir McLaren de retour. Pour moi, ce n'était pas le meilleur des jours. Ça faisait longtemps que je n'avais pas commis une erreur comme celle-ci. Je ne suis qu'un être humain, ça arrive. Mais je suis heureux d'avoir pu remonter ensuite et revenir à la deuxième place. Il y avait une seule trajectoire sèche et j'étais peut-être un peu pressé de dépasser ces voitures. À l'instant où j'ai vu cette ligne mouillée, ça a bloqué les roues et ça m'a sorti de la piste. C'était malheureux mais je suis vraiment reconnaissant d'avoir pu remonter. Ce sont des points très importants pour l'écurie. » lire aussi « On a fait du bon travail », estime Max Verstappen (Red Bull) Lando Norris (3e, McLaren) : « Je suis heureux, c'est un bon retour après ce qui s'est passé hier (samedi). Je n'ai pas bien démarré mais après j'avais un bon rythme. J'ai essayé de maintenir cette deuxième place mais Lewis était un peu trop rapide pour moi. C'est sympa de pouvoir se battre face à ces pilotes. On a du rythme et j'espère qu'on en aura encore plus dans le futur. » Charles Leclerc (Ferrari) « On est très vulnérables dans les lignes droites et on l'a payé quand c'est reparti » Charles Leclerc (4e, Ferrari) : « J'ai réalisé un début de course parfait, on était très bien jusqu'au drapeau rouge. Après l'interruption, malheureusement, ce fut plus compliqué pour moi. On est très vulnérables dans les lignes droites et on l'a payé quand c'est reparti. Il y avait très peu de différence de performance pure entre Lando (Norris) et nous mais je n'ai rien pu faire au premier virage quand il m'a doublé à la relance de la course. La performance globale de la voiture est très positive, quatrième en qualifications et quatrième en course. Ce sont les points positifs à retenir de ce week-end. » lire aussi La passe d'armes entre Verstappen et Hamilton au départ décryptée Valtteri Bottas (abandon au 32e tour, Mercedes) : « À cette vitesse, le premier impact était assez dur et le deuxième aussi. J'ai vu le ralenti et mon analyse est que c'est complètement la faute de George. C'est ce que je pense. Il n'y avait pas de place pour deux voitures, il a perdu le contrôle et m'a percuté. Je n'entendais pas ce qu'il disait, de toute façon je m'en fichais parce que c'était entièrement de sa faute. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

George Russell (abandon au 32e tour, Williams) : « Je suis très énervé. C'était une belle course pour nous et le mouvement de Valtteri (Bottas) était pour moi très dangereux. Il y a un gentlemen's agreement et quand une voiture arrive derrière à haute vitesse, vous ne bougez votre volant, vous ne vous déplacez pas. Il m'a poussé hors de la trajectoire sur la partie mouillée et j'ai perdu la voiture. Je comprends que, de sa position, il défendait sa ligne. Mais il n'a pas respecté le niveau de vitesse que l'on avait. J'étais 30 ou 40 km/h plus vite que lui. Neuvième pour lui ce n'est rien, je ne comprends pas pourquoi il a défendu comme ça pour une neuvième place. Avec un autre pilote (que moi), ça aurait sûrement été différent. »