F1 - GP de Hongrie - Alonso, la quarantaine rugissante

·2 min de lecture

L'Espagnol fête ce week-end ses 40 ans sur la piste de sa première victoire en... 2003. Le pilote Alpine n'a rien perdu de sa hargne et de sa volonté de gagner même s'il reconnaît avoir vieilli. Ce n'est pas un vilain âge d'avoir quarante ans même quand on est un sportif. Il suffit de regarder Alonso pour ne regretter la quarantaine. L'Espagnol qui fête ce jeudi son anniversaire dans le paddock du Hungaroring mesure parfaitement le chemin parcouru. Avalé même depuis qu'il a débuté sa carrière en 2001. Le pilote Alpine en prend d'autant plus conscience que c'est ici même qu'un gamin de 22 ans et 26 jours devenait, en 2003, le plus jeune vainqueur en F1 (*) au volant d'une voiture d'Enstone déjà. Fernando Alonso, 40 ans « La F1, ce n'est pas le Tour de France ou les JO : on n'est pas cramé à 33 ans Et c'est vers cette équipe que le « vieux » se repose pour son retour. « La F1, ce n'est pas le Tour de France ou les JO, s'en amusait-il hier soir. On n'est pas cramé à 33 ans comme dans les sports traditionnels. Les jeunes ne sont pas plus rapides que les vieux. » Et, même si l'ex-retraité a pris du temps pour retrouver son niveau, il a depuis son retour chez Alpine en début d'année, prouvé ses dires. Le voilà régulièrement devant son jeune équipier Esteban Ocon, impressionné de l'appétit de l'ancien. « C'est génial de voir cette envie de Fernando au quotidien, salue le Normand de 24 ans. Il possède une telle énergie... » Tellement emporté par la gagne qu'on n'arrête plus l'Espagnol, revenu le temps d'une course sprint à Silverstone aux avant-postes et dans les grands titres. Il s'est préparé comme jamais jusqu'à se briser la mâchoire cet hiver dans un accident de vélo et ne veut surtout pas en rester là. « Je pensais qu'il me faudrait trois ou quatre courses pour revenir à mon niveau, analyse-t-il. En fait, il m'en a fallu six. Et encore, je ne pense pas encore être à 100 % sur la gestion de ces nouveaux pneus ou sur la pluie car nous n'avons fait aucun test, hormis quelques tours à Imola en course. »

Alors, mercredi soir, dans le paddock, son équipe célébrait dignement son champion dans le motorhome où toute l'équipe était réunie pour regarder un film en compagnie d'Alonso avant que le nouveau patron, Laurent Rossi, ne lui offre un jeu de cartes, pour le magicien qu'il est également, et un autre d'échecs, pour qu'il puisse battre son copain Carlos Sainz. Lui ne rêve que d'une chose : un podium pour faire aussi bien qu'un autre quadragénaire qu'il a bien connu. Un certain Schumacher, à 43 ans, s'offrait son 155e et dernier podium à Valence en 2012. Et Alonso s'en souvient parfaitement : il avait gagné ce jour-là... (*)Ce record a depuis été battu par Vettel (21 ans 2m et 11j) et Verstappen (18 ans 7m 15j). Leclerc (21 ans 10m et 16j), depuis sa victoire en 2019, le devance également.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles