F1 - GP de Turquie - Le carnet de notes du Grand Prix de Turquie

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Qui a brillé à Istanbul ? Qui s'est loupé ? Retrouvez le carnet de notes du Grand Prix de Turquie, remporté dimanche par Lewis Hamilton (Mercedes), désormais septuple champion du monde. Avec plus ou moins de mauvaise foi... Lewis Hamilton : 20/20 Au roi Hamilton, détenteur depuis dimanche d'une septième couronne mondiale, les honneurs de la meilleure note, comme souvent en 2020. Rien d'illogique pour le désormais septuple champion du monde, qui a offert en Turquie un récital dont il est un des seuls à avoir le secret. En partant de la 6e place après des qualifications quelconques, la victoire était pourtant loin d'être assurée. Mais en réussissant à faire tenir ses pneus intermédiaires 53 tours et en ne commettant aucune erreur, quand certains de ses rivaux, à commencer par Valtteri Bottas, ont multiplié les tête-à-queue, le Britannique est allé chercher son 94e succès en F1. Un des plus émouvants et importants de sa carrière.

Ferrari : 17/20 Compétitives lors des essais libres, beaucoup moins en qualifications (Sebastian Vettel 11e, Charles Leclerc 12e), les Ferrari ont retrouvé de leur superbe en course. À croire qu'une piste mouillée qui s'assèche peu à peu est le terrain de jeu qui leur convient le mieux. Mention spéciale à l'Allemand, auteur d'un départ impeccable (de 11e à 4e) et d'une course maîtrisée dans des conditions très piégeuses. Le départ du Monégasque fut moins flamboyant, mais il a tout de même réussi à revenir dans le jeu pour le podium, occupant même la 3e place à partir du 43e tour. Mais son attaque sur Perez dans le dernier tour lui a coûté cher, et c'est bien Vettel qui est monté sur la boîte. Une première depuis le GP du Mexique en octobre dernier.

McLaren : 14/20 McLaren a vécu une course assez semblable à celle de Ferrari, avec un résultat moins prolifique en points néanmoins (15 contre 27). Les pilotes de l'écurie anglaise s'élançaient il est vrai d'un peu plus loin sur la grille, à cause de pénalités récoltées après les qualifications (trois places pour Carlos Sainz, cinq pour Lando Norris). L'Espagnol, parti 15e, a gagné six places dans le premier tour, et a enchaîné par la suite pour monter jusqu'au 5e rang. L'Anglais a été moins flamboyant, mais a également réussi quelques dépassements dans la deuxième moitié de course, pour finir 8e.

Lance Stroll : 10/20 Juste la moyenne pour Lance Stroll, qui n'a malheureusement pour lui pas su (pu ?) concrétiser sa magnifique pole réussie samedi. Il a pourtant tenu la première place jusqu'au 35e tour, lorsqu'il s'est arrêté une seconde fois, apparemment à cause d'un graining important sur ses pneus intermédiaires. Manque de chance, son nouveau train de pneus ne lui a pas permis de retrouver son rythme de début de course sur une piste beaucoup plus humide. Il a donc lentement mais sûrement dégringolé au classement, se faisant dépasser par plusieurs pilotes beaucoup plus rapides, jusqu'à la 9e place, qui lui laisse un goût très amer, car son coéquipier, Sergio Perez, qui n'est pas passé au stand une seconde fois, a lui pris la deuxième place.

Max Verstappen : 7/20 La courbe de performances de Max Verstappen (6e) n'a fait que baisser ce week-end. Dominateur des trois séances d'essais libres, le pilote Red Bull était le grand favori des qualifications, mais il a vu Lance Stroll lui chiper la pole. Deuxième sur la grille, il a totalement loupé son départ, perdant deux positions. Mais ça aurait pu être bien pire sans l'accrochage impliquant Daniel Ricciardo, Esteban Ocon et Valtteri Bottas. Revenu dans le coup pour le podium, le Néerlandais a ensuite subi deux tête-à-queue, dont un très impressionnant au 18e tour et qu'il a récupéré de manière miraculeuse, alors qu'il essayait de dépasser Sergio Perez pour la deuxième place. Trop d'erreurs donc, et de nervosité pour espérer jouer les premiers rôles.

Valtteri Bottas : 4/20 Six tête-à-queue en 58 tours, ce chiffre suffit à résumer la course catastrophique de Valtteri Bottas à Istanbul. Le Finlandais s'est noyé sous la pluie turque, et après une contre-performance en qualifications (9e), il n'a pas réussi à se rattraper dimanche. Le pilote Mercedes a certes manqué de chance au premier virage, lorsqu'il a dû partir en tête-à-queue pour éviter la Renault d'Esteban Ocon. Son deuxième contact avec le Français dans le même tour a abîmé sa monoplace, et ensuite, ce fut une lente mais inaltérable descente aux enfers, qui l'a même vu, ultime humiliation, se faire dépasser par son coéquipier au 46e tour, avant de finir à une décevante 14e place.