F1 - GP de Turquie - Lewis Hamilton (Mercedes) champion du monde de F1 pour la septième fois, il égale Michael Schumacher

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

En remportant le Grand Prix de Turquie dimanche, Lewis Hamilton s'assure d'un septième titre mondial de F1. Le Britannique égale le record de Michael Schumacher. Lewis Hamilton a remporté en Turquie son 94e Grand Prix de F1 et surtout décroché son septième titre mondial avec la manière. Dernier pilote en mesure de pouvoir retarder l'échéance du sacre de l'Anglais, Valtteri Bottas a terminé à la 14e place de la course turque, disputée sur une piste très humide. lire aussi Le film de la course Le Britannique est donc sacré champion du monde pour la septième fois (2008 avec McLaren, 2014, 2015, 2017, 2018, 2019 et 2020 avec Mercedes). Il égale le record de Michael Schumacher, titré en 1994 et 1995 avec Benetton puis de 2000 à 2004 avec Ferrari. lire aussi Le classement de la course Et pourtant ce n'était pas gagné d'avance pour Hamilton, seulement sixième sur la grille, et en manque de performance sur ce tracé si glissant et humide depuis le début du week-end. Mais le désormais septuple champion du monde sait trouver les ressources en course pour rattraper des situations mal embarquées. Dimanche, c'est en faisant tenir ses pneus intermédiaires le plus longtemps possible qu'il a réussi à s'imposer. lire aussi Le classement des pilotes Après un départ assez chaotique, totalement loupé par les Red Bull de Max Verstappen et Alex Albon, bloqués par du patinage, au contraire de Sebastian Vettel, passé de la 11e à la 4e place, les Racing Point de Lance Stroll et Sergio Perez se sont rapidement envolées. On a même pensé à un moment que les "Mercedes roses" allaient signer un incroyable doublé. Mais le destin, et l'assèchement de la piste en ont décidé autrement. Certains pilotes ont fait le choix de passer une deuxième fois au stand, pour rechausser des pneus intermédiaires. Mais Hamilton, et Perez, ont tenté un autre pari, celui de rester en piste, et ce fut le gagnant. Car Stroll, après son deuxième arrêt, au 37e tour, n'a jamais retrouvé sa vitesse de début de course. Complètement largué, le poleman a franchi la ligne à la 9e place.

Hamilton a lui cravaché pour faire tenir ses pneus durant... 53 tours, mais il a tenu jusqu'au bout. Avec 25 secondes d'avance sur le Mexicain, son écurie avait même le temps de prévoir un nouvel arrêt, au cas où la pluie revienne dans les derniers tours, ce qu'on a cru durant quelques minutes. Contrairement à son premier titre, en 2008, acquis dans la douleur au Brésil, où son quatrième, obtenu en 2017 au Mexique après une "petite" neuvième place, Hamilton a décroché son septième titre avec panache. Valtteri Bottas, son coéquipier, le seul avant le départ qui pouvait encore retarder le sacre, a connu une course catastrophique, subissant même l'humiliation de se faire prendre un tour. Loin, si loin de l'étoile Hamilton, en larmes après l'arrivée.