F1 - Hamilton s'impose aisément, Ferrari perd gros

feedback@motor1.com (Benjamin Vinel)
motor1
GP de Barcelone 2018
GP de Barcelone 2018

Pour tout savoir du GP de F1 d'Espagne, à Barcelone !

Mettant un terme à une série de trois pole positions consécutives pour Ferrari, Lewis Hamilton s'élançait de l'avant de la grille devant son coéquipier Valtteri Bottas et les SF71H de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Tous les concurrents ont pris le départ en pneus tendres (usés dans le top 10, neufs en dehors) à l'exception de Fernando Alonso en supertendres usés et de Nico Hülkenberg et Marcus Ericsson en mediums.

Alors que Hamilton conservait la tête devant Vettel, qui a pris l'avantage sur Bottas au départ, il y a eu du grabuge au premier tour. Peut-être gêné par son coéquipier, Romain Grosjean a perdu le contrôle de sa monoplace dans le rapide virage 3 et est involontairement revenu sur la trajectoire, violemment percuté par Hülkenberg et Pierre Gasly.

Tous trois ont été contraints à l'abandon et la voiture de sécurité a été appelée ; Brendon Hartley et Sergey Sirotkin en ont profité pour chausser un nouveau train de pneus mediums. La série noire continuait pour Grosjean, qui n'a toujours pas le moindre point au compteur cette saison. Le Français a fait étape au centre médical.

 

La hiérarchie n'a pas évolué au restart, Alonso s'emparant toutefois magistralement de la dixième place au virage 3 face à Esteban Ocon. Hamilton a affiché un rythme effréné en début de course, et disposait déjà de quatre secondes d'avance sur Vettel au dixième tour, Bottas étant relégué à cinq secondes et demie et Räikkönen à huit secondes et demie. Les Red Bull étaient à plus de dix secondes, alors que Kevin Magnussen était le meilleur des autres à la septième place, devant Sainz et Leclerc.

Vettel et Bottas rentrent tôt, problème pour Räikkönen

Hamilton a continué de tourner une demi-seconde à une seconde plus vite que ses rivaux, portant son avance à huit secondes, et Vettel est rentré au stand dès la fin du 17e tour. Il a été équipé de mediums et a repris la piste au septième rang. Bottas l'a imité deux boucles plus tard, adoptant également les mediums, mais l'arrêt n'a pas été très rapide et il est resté derrière son rival. Tous deux se sont rapidement défaits de Magnussen.

Alors qu'il occupait la deuxième place, Räikkönen a été victime d'une perte de puissance au 24e passage et a fait un tour au ralenti avant de rallier son garage pour abandonner. Hamilton, quant à lui, a rejoint les stands à la fin du 25e tour, cédant temporairement la tête de la course à Max Verstappen, sur un circuit qui rappelle de bons souvenirs au Néerlandais – il y est devenu le plus jeune vainqueur de l'Histoire il y a deux ans, à 18 ans. Ocon, quant à lui, a eu un problème lors de son arrêt au stand et a perdu plusieurs dizaines de seconde, reprenant la piste bon dernier.

Les Red Bull sont rentrées au stand à mi-course, chaussant également à mediums, et Hamilton a récupéré la première place avec dix secondes d'avance sur Vettel, 12 sur Bottas, 20 sur Verstappen et 28 sur Ricciardo. Magnussen était le seul autre concurrent à moins d'une minute, menant une course solide au sixième rang, devant Sainz, Leclerc, Alonso et Pérez.

C'est après 40 tours que la Force India d'Esteban Ocon a été contrainte à l'abandon, de la fumée s'en dégageant et le Français déplorant une perte de puissance. La course a été neutralisée par voiture de sécurité virtuelle et Vettel en a profité pour faire son deuxième arrêt. Il a repris la piste quatrième, derrière Bottas et Verstappen.

Verstappen accroche Stroll

Le Néerlandais a heurté la Williams de Lance Stroll au restart, endommageant son aileron avant, alors que Sirotkin est quant à lui parti en tête-à-queue au virage 9. Il était déjà dernier.

 

Hamilton restait l'homme le plus rapide en piste. À 20 tours du but, il est devenu le premier à tourner en 1'19 et comptait 16 secondes d'avance sur Bottas, 27 sur Verstappen, 29 sur Vettel, 46 sur Ricciardo et 73 sur Magnussen. Vandoorne, en revanche, n'est pas allé plus loin, victime d'un problème technique à son tour.

La stratégie à deux arrêts de Vettel ne portait manifestement pas ses fruits, puisqu'il n'est absolument pas parvenu à réduire l'écart sur ses rivaux. Dans l'absolu, la hiérarchie n'a pas évolué en fin de course et Hamilton a remporté sa deuxième victoire de suite, prenant une avance non négligeable sur Vettel au championnat, bien aidé par la stratégie peu fructueuse de son rival, classé seulement quatrième.

Bottas et Verstappen complétaient le podium alors que Ricciardo s'est classé cinquième devant l'un des hommes forts du jour, Kevin Magnussen.

Carlos Sainz marque des points précieux pour Renault devant son compatriote Fernando Alonso, alors que Sergio Pérez a chipé la neuvième place à Charles Leclerc en fin de course, le Mexicain ayant tenté une stratégie à deux arrêts. Leclerc se classe toutefois dans les points pour la deuxième fois d'affilée.

 Grand Prix d'Espagne

 PiloteÉquipe TempsPts 1  Lewis Hamilton  Mercedes 66 tours 25  2  Valtteri Bottas  Mercedes +20.5  18   3  Max Verstappen  Red Bull +26.8  15  4  Sebastian Vettel  Ferrari +27.5  12   5  Daniel Ricciardo  Red Bull +50.0  10  6  Kevin Magnussen  Haas + 1 tour  8  7  Carlos Sainz Renault + 1 tour  6  8  Fernando Alonso  McLaren + 1 tour  4  9  Sergio Pérez  Force India + 2 tours  2  10  Charles Leclerc  Sauber + 2 tours  1  11  Lance Stroll  Williams + 2 tours      12  Brendon Hartley  Toro Rosso + 2 tours     13  Marcus Ericsson  Sauber + 2 tours      14  Sergey Sirotkin  Williams + 3 tours        Stoffel Vandoorne  McLaren Abandon      Esteban Ocon  Force India Abandon      Kimi Räikkönen  Ferrari Abandon      Nico Hülkenberg  Renault Abandon      Pierre Gasly  Toro Rosso Abandon      Romain Grosjean  Haas Abandon  

united_kingdom
united_kingdom
finland
finland
netherlands
netherlands
germany
germany
australia
australia
denmark
denmark
spain
spain
spain
spain
mexico
mexico
monaco
monaco
canada
canada
new_zealand
new_zealand
sweden
sweden
russia
russia
belgium
belgium
france
france
finland
finland
germany
germany
france
france
france
france

À lire aussi