F1 - Pierre Gasly - Alex Albon, le duel en chiffres avant le Grand Prix d'Emilie-Romagne

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Après douze courses cette saison, seulement un point sépare Alex Albon et Pierre Gasly au Championnat. Le Français, qui a été prolongé mercredi chez AlphaTauri, dispose pourtant d'une voiture bien moins compétitive que le Thaïlandais.

Logiquement, étant donné les monoplaces dont ils disposent, Pierre Gasly et Alex Albon ne devraient pas tutoyer les mêmes sphères du Classement. Et pourtant, les deux pilotes, à cinq courses de la fin de saison, et après 12 Grands Prix, ne sont séparés que d'un point, à l'avantage du Thaïlandais (64 - 63). La preuve que le Français, qui a été prolongé mercredi en 2021 chez AlphaTauri alors qu'étant donné ses résultats, il aurait pu espérer revenir chez Red Bull, réussit une bien meilleure saison que son rival.

lire aussi
Le classement des pilotes

Cette année 2020 des deux pilotes, qui, on le rappelle, ont échangé leur baquet en août 2019 (Gasly, jugé insuffisamment performant par Christian Horner et Helmut Marko, avait été remplacé chez Red Bull par Albon, qui ne comptait alors que 12 Grands Prix avec Toro Rosso), suit d'ailleurs une trajectoire assez opposée.

Jusqu'en Belgique, septième manche de la saison, le Thaïlandais était largement devant le Français (48 - 18), grâce à six top 10 et une bonne régularité dans les points. Sans coup d'éclat, même s'il pouvait peut-être viser la victoire en Autriche en ouverture de la saison sans l'accrochage avec Lewis Hamilton, Albon était tout de même un coéquipier solide pour Max Verstappen et Red Bull. Mais ses dernières semaines sont moins satisfaisantes, même si, paradoxalement, le Thaïlandais a signé le premier podium de sa carrière en Toscane, au terme d'une course aux multiples rebondissements. Sur les cinq derniers Grands Prix, depuis l'Italie, Albon n'a inscrit que 16 points, alors que le Normand en a marqué 45, ce qui lui a permis de recoller au classement.

Car le début de saison de Gasly, satisfaisant, n'avait rien de flamboyant. Le Français a certes réussi à signer des résultats encourageants, avec deux septièmes places, mais c'est depuis Monza qu'il est impressionnant. Sa victoire en Italie, la première d'un Français en F1 depuis 1996, lui a permis de faire un bon au Championnat, et de gagner encore plus en confiance dans une écurie où il se sent heureux et apprécié. Il était difficile pour lui de mieux optimiser le potentiel de son AlphaTauri que ce 6 septembre. Et depuis cette performance exceptionnelle, nonobstant son abandon en Toscane suite à un accrochage, Gasly a encore obtenu deux excellents résultats : 6e au GP de l'Eifel, 5e au Portugal.

Lorsqu'on compare certaines statistiques des deux pilotes, on se rend mieux compte de ce qu'ils parviennent à réussir au sein d'écuries qui ne jouent pas, a priori, dans la même catégorie.

Position moyenne sur la grille :
Albon : 7,83
Gasly : 10,41

Position moyenne à l'arrivée :
Albon : 8,09 (11 GP)
Gasly : 7,80 (10 GP)

Nombre de places gagnées :
Albon : 0 en 11 courses
Gasly : 23 en 10 courses

Nombre d'arrivées dans le top 10 :
Albon : 8
Gasly : 8

Et si l'on s'intéresse à leurs résultats par rapport à ceux de leur coéquipier, la comparaison est très largement à l'avantage du Français. Chez Red Bull, Max Verstappen a marqué 162 points, soit plus du double qu'Albon, et un peu plus de 71 % du total de l'écurie. Et le Néerlandais, vainqueur du GP du 70e anniversaire, compte neuf podiums sur ses neuf arrivées. En qualifications, Verstappen a toujours battu son coéquipier, sur des écarts montant parfois jusqu'à la seconde. Et en course, lorsque les deux ont rallié l'arrivée, le Néerlandais a toujours fini devant le Thaïlandais.

Chez AlphaTauri, Daniil Kvyat n'a inscrit que 14 points, soit seulement 18 % du total de l'équipe italienne (encore moins qu'Albon chez Red Bull). En qualifications, le Russe n'a battu le Français que deux fois sur douze, en Belgique et en Toscane. Et en course, Gasly mène 7-2 face à son coéquipier. En quelque sorte, il est donc devenu le Verstappen d'AlphaTauri. Sa prolongation en 2021 est donc tout sauf une surprise, ni une mauvaise nouvelle pour sa carrière et son avenir en F1. Mieux vaut sans doute pour lui, en effet, de surperformer dans une écurie de milieu de tableau que de galérer dans un top team entièrement dévoué à Verstappen.