La F1 s'engage pour des moteurs hybrides au-delà de 2025

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

La F1 doit changer de réglementation moteur en 2026, soit 12 ans après l'entrée en scène de la motorisation V6 turbo hybride actuelle. Dans le contexte du départ de Honda, qui quittera la discipline fin 2021, le championnat demeure attaché à une formule hybride.

Si d'aucuns ont pu évoquer des voies plus radicales, comme le tout électrique ou l'hydrogène, la Formule 1 estime qu'un chemin à explorer est celui des carburants. Le pari est clairement de promouvoir des carburants durables, avec comme objectif affiché que les développements dans ce champ de la recherche puissent être transférés au monde automobile dans son ensemble, ce dernier reposant encore très majoritairement sur la combustion d'essence.

Lire aussi :

La F1 défend l'hybride et veut en faire une solution d'avenir Carey : Ecclestone "chiait" sur l'hybride au lieu de le promouvoir Wolff : La F1 n'a pas assez bien promu les moteurs hybrides

Dans un communiqué publié pour tirer un premier bilan un an après l'annonce du plan pour une neutralité carbone de la discipline à l'horizon 2030, la F1 a expliqué : "Même si l’empreinte carbone des voitures représente un très petit pourcentage de l’empreinte carbone totale de la discipline (0,7%), il est important que la partie la plus visuelle de notre championnat soit durable et puisse représenter des avantages réels."

"Nous croyons qu'avec un milliard de véhicules qui sont propulsés par les moteurs à combustion interne sur les 1,1 milliard dans le monde, nous avons le potentiel pour être à la pointe des technologies qui réduisent les émissions de carbone des automobiles dans le monde. Nous pensons également qu'il n'existe pas de solution unique pour les technologies des moteurs du futur, mais qu'un moteur hybride à carburant durable sera un moment important pour la discipline et le secteur automobile."

Pour travailler sur ce futur moteur, la création d'un groupe a été annoncée, celui-ci étant composé de membres de la F1 et de la FIA, pour se pencher sur cette technologie d'avenir basée sur des carburants durables. "Ce groupe sera étendu pour inclure des spécialistes des fabricants d’équipements d’origine et des fournisseurs d’énergie également, et cherchera aussi l’expertise de groupes de recherche indépendants."

Lire aussi :

La F1 annonce un vaste plan zéro carbone pour 2030 Le plan de la F1 pour être neutre en carbone en 2030

Concernant le point sur les avancées en matière de neutralité carbone, la F1 a détaillé divers projets et mesures pris pour réduire son empreinte. Parmi les plus concrets, l'on retrouve l'accélération de l'introduction d'un plan pour la diffusion des Grands Prix à distance qui était initialement prévu sur deux ans mais qui a été réduit à huit semaines en raison de la pandémie de COVID-19. Avec celui-ci, les installations sur les courses sont réduites, ce qui permet de diminuer d'un tiers le personnel voyageant et d'un tiers la quantité de matériel à envoyer sur place (soit environ 70 tonnes en moins).

À compter de 2021, la F1, la FIA et les écuries ont pour objectif de réduire de façon significative la quantité de bouteilles et de couverts en plastique à usage unique ainsi que les déchets alimentaires dans les stands et le paddock.