F1 - Transferts - Haas, Sergio Pérez, Nico Hülkenberg, un point sur les dossiers chauds des transferts de la F1

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Même avec tous les « gros » baquets déjà connus, l'intérêt pour les transferts reste immense. Et de nombreuses surprises pourraient intervenir. Bien sûr, un volant est encore libre chez Mercedes. Oui, vous avez bien lu. Et ce n'est pas Valtteri Bottas qui doit s'inquiéter, lui qui a prolongé jusqu'en 2021. Lewis Hamilton n'a toujours pas prolongé, mais le mystère et l'intérêt de cette saison masquée vient d'ailleurs. D'ordinaire, le chaudron des transferts intervient au coeur de l'été. Le départ tardif de la saison a tout bouleversé, même les économies des équipes contraintes de s'adapter à un nouveau modèle qui voit débarquer plus d'argent que de talent. Tout devient possible, alors tout s'entend : même un transfert de Pierre Gasly chez Renault remplaçant Esteban Ocon, ce que l'écurie française a démenti jeudi. Retour sur quelques vrais dossiers chauds. La situation de Haas est critique. Romain Grosjean, désormais débarrassé de son devoir de réserve a tout balancé. « Guenther (Steiner) m'a dit que financièrement, ils avaient besoin de deux pilotes payants. » Pas question de voir venir un Hülkenberg, fort d'une belle expérience et d'une image reconstruite par son statut de « supersub ». L'écurie américaine devrait recruter Nikita Mazepin (21 ans), Russe de son état, dont le richissime paternel payerait le siège malgré de tristes résultats en F2. Il devrait être accompagné de Mick Schumacher (21 ans), brillant leader, lui, de la même discipline et soutenu par Ferrari qui bénéficie d'un choix grâce à sa fourniture de moteurs et de pièces à l'équipe américaine. lire aussi Haas se sépare de Grosjean et Magnussen Le Mexicain est loin d'être mauvais. Et en plus, il apporte une jolie mallette de dollars grâce au soutien inconditionnel de Carlos Slim, un compatriote et richissime hommes d'affaires. Alors tout le monde s'arrache son soutien. Annoncé chez Williams pour remplacer George Russell, on parle également de lui chez... Red Bull. Jeudi, le jeune Britannique (22 ans), protégé de Mercedes, a mollement défendu son siège : « J'ai un contrat pour l'an prochain et je n'ai pas encore discuté avec les nouveaux propriétaires. » Depuis un mois, l'écurie historique a vendu son bien à un fonds d'investissement américain, Dorlington. Remercié l'an dernier par Renault, l'Allemand a été littéralement sauvé par le Covid-19. Les cas positifs de Pérez en août puis de Stroll lors de la dernière course en Allemagne l'ont remis sur le devant de la scène. Si Kimi Räikkönen partait à la retraite, il pourrait faire un come-back chez Alfa Romeo Racing ; le patron de l'écurie, Fred Vasseur, l'appréciant grandement. À moins que Red Bull ne cherche un pilote d'expérience pour tenter de titiller Max Verstappen qui lamine totalement Alex Albon. lire aussi Hülkenberg espère un retour sur la grille en 2021