Fabio Quartararo certain que Valence lui sera favorable

Vincent Lalanne-Sicaud
·3 min de lecture

a profité pour s'emparer de la tête du championnat, avec désormais 14 points d'avance sur le Français. Tout reste cependant possible cette saison, avec 75 unités à prendre dans les trois dernières courses de la saison.

Quartararo espère rebondir dans le double rendez-vous de Valence, où il sera très attendu après sa pole et sa deuxième place en course la saison dernière, et surtout de très bons tests avec le si capricieux pneu Michelin version 2020 en novembre dernier. La saison se conclura à Portimão, un circuit où le #20 est l'un des rares à avoir déjà couru et qu'il apprécie également, ce qui lui fait penser qu'il est en mesure de combler l'écart qui le sépare de Mir.

"On est à 14 points. OK, c'est beaucoup, mais il reste trois courses, on a deux courses à Valence", a rappelé Quartararo. "Je pense que les sensations étaient très bonnes avec la moto à Valence l'an dernier. J'ai de bonnes sensations et je pense qu'on pourra aussi en avoir à Portimão. Par le passé, Portimão était mon circuit préféré [en CEV, ndlr], et je suis vraiment impatient de voir ce qu'il en sera avec la MotoGP."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Quartararo est souvent en difficulté sur le deuxième week-end

Ces difficultés avec la dégradation de la gomme sont l'un des facteurs derrière le manque de régularité de Fabio Quartararo cette année. Le pilote du team SRT a certes remporté trois courses, plus que tout autre pilote, mais il n'a décroché aucun autre podium depuis le début de la saison.

Le Niçois pense notamment être en difficulté dans la seconde course lorsque le MotoGP reste deux semaines sur le même circuit, même s'il a remporté les deux manches de Jerez en ouverture de la saison. Sur les autres épreuves, il pense atteindre rapidement un plafond de verre, dès la première journée d'essais.

Lire aussi :

Quartararo ne comprend pas pourquoi il a "tout perdu"

"Quand il y a deux courses, on souffre plus parce que tout le monde fait de gros progrès et qu'on est coincé, on ne progresse pas", a expliqué Quartararo. "Tout le monde semble réussir à faire des changements pour progresser, mais dans notre cas la moto ne semble plus progresser après les EL1 et EL2, à part [au MotorLand Aragón]. À Barcelone, en EL1 on avait déjà le rythme qu'on a eu en course. Nous n'arrivons pas vraiment à faire de gros progrès et je ne sais pas précisément pourquoi."

Ce qui est certain, c'est que celui qui faisait figure de favori pour le titre cet été n'a pas l'intention de baisser les bras et il ira bel et bien jouer son va-tout lors de cette ultime série de courses. "Je n'ai rien à perdre", soulignait-il en marge du Grand Prix de Teruel, promettant de ne "pas abandonner", de se "donner 100%". "Ce n'est que notre deuxième année en MotoGP. Si quelqu'un m'avait dit qu'aujourd'hui, je serais deuxième au championnat, à quatre courses de la fin, pour ma deuxième année dans une équipe qui a été fondée l'an dernier, alors que je montais du Moto2, j'aurais signé. Je n'ai rien à perdre en ce moment. Je vais faire de mon mieux, et c'est tout."