Fabrication des mascottes de Paris 2024 en Chine : « Un problème structurel », explique Véran

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement. (X. Bouzas/AFP)

Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a déploré ce jeudi « le problème structurel » expliquant que la France, selon lui, n'est pas en mesure de fabriquer en quelques mois deux millions de peluches servant de mascottes pour les JO de Paris 2024.

Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a déclaré ce jeudi, sur France 2, que la fabrication en Chine des peluches qui servent de mascottes pour Paris 2024 était dû à « un problème structurel ». « J'adorerais, et on se bat pour ça, qu'en France, on soit capable d'avoir suffisamment de matières premières et d'usines textiles pour fabriquer deux millions de peluches en quelques mois, le constat c'est qu'aujourd'hui on ne sait pas faire », a-t-il ajouté. Une manière pour lui de justifier la fabrication de ces peluches à l'autre bout du monde à l'heure où la tendance est à la promotion des circuits courts.

lire aussi : Toute l'actu de Paris 2024

« C'est un problème structurel lié au fait que la France a perdu ses usines pendant des années », a-t-il poursuivi, estimant néanmoins que « la France est redevenue le pays le plus attractif d'Europe depuis plusieurs années consécutives » et « qu'on sera demain en capacité de produire ce qu'on ne sait plus produire aujourd'hui ».

« Par contre, ce qu'on sait faire, c'est pousser les entreprises françaises qui fabriquent en Chine à relocaliser en France », a conclu l'ancien ministre de la Santé.

La fabrication de ces peluches en Chine suscite de nombreuses réactions dans la sphère politique. Il y a quelques jours, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, déclarait qu'il y avait « un problème ».