Face à Bilbao, Messi reçoit son premier rouge avec le Barça et perd la Supercoupe d'Espagne

·3 min de lecture

Lionel Messi, superstar et capitaine du FC Barcelone, a été exclu quelques secondes avant la fin des prolongations en finale de la Supercoupe d'Espagne perdue 3 à 2 face à l'Athletic Bilbao à Séville, le premier carton rouge de sa carrière au Barça.

Privé de tout titre depuis son sacre en championnat d'Espagne assuré en avril 2019, le Barça affronte une énième déception. Le FC Barcelone s'est incliné, dimanche 17 janvier, en finale de la Supercoupe d'Espagne (2-3) contre l'Athletic Bilbao. La rencontre a été marquée par le carton rouge adressé à Lionel Messi pour conduite violente (120e+1), le premier de sa carrière sous les couleurs des Blaugranas.

À quelques secondes du coup de sifflet final (120e), l'attaquant vedette a giflé de la main droite l'attaquant basque Asier Villalibre, après que les deux joueurs se sont accrochés. L'arbitre, Gil Manzano, est allé visionner l'action sur écran vidéo, puis est revenu sur la pelouse pour adresser un carton rouge direct à Lionel Messi, probablement frustré après une prestation en demi-teinte.

Il s'agit d'un fait historique pour le Barça et pour le sextuple Ballon d'Or. C'est la première exclusion de la carrière de Messi en match officiel avec le Barça, avec qui il a disputé 753 rencontres. Il avait toutefois déjà été exclu deux fois avec la sélection argentine, lors de ses grands débuts et lors de la demi-finale de Copa America contre le Chili en 2019.

Les astres étaient en revanche alignés pour l'Athletic Bilbao. Grâce à une magnifique frappe enroulée du droit qui a embrassé le poteau avant de pénétrer dans les filets de Marc-André ter Stegen, Williams a offert un premier trophée à son tout nouvel entraîneur Marcelino, arrivé le 3 janvier.

Auparavant, les deux équipes s'étaient neutralisées avec un doublé d'Antoine Griezmann (40e, 77e) côté catalan, et deux buts salvateurs d'Oscar de Marcos (42e) à qelques instant de la pause et d'Unai Villalibre (90e) juste avant la fin du temps réglementaire côté basque.

Un doublé mais pas de titre pour Griezmann

Les malheurs du Français Antoine Griezmann continuent à Séville. Alors que l'image de la soirée restera cet enroulé parfait de Williams, l'histoire de la nuit sera celle de la triste histoire de "Grizou".

Resté muet depuis le 29 novembre, l'attaquant français avait offert un aperçu de sa renaissance avec son doublé contre Grenade le 9 janvier dernier (4-0). Dimanche, Griezmann a été positionné à gauche de Lionel Messi au sein de l'attaque blaugrana en compagnie d'Ousmane Dembélé (à droite), mais son nouveau doublé a été inutile.

"On est tristes, énervés, gênés… tout ça. Quand tu perds une finale, tu ressens tous les mauvais sentiments qui puissent être", a regretté l'attaquant tricolore après la rencontre.

Après un début de saison en demi-teinte, où le club catalan a été ébranlé par les envies de départ de Messi, la démission de l'ex-président Josep Maria Bartomeu et un départ raté en championnat, le doublé du champion du monde français n'a pas suffi pour permettre au Barça de décrocher son premier trophée depuis plus d'un an et demi... Et a retardé la confirmation de la renaissance du club catalan sous l'égide de Ronald Koeman.

Pour l'Athletic Bilbao, ce succès est une véritable respiration : enlisé à la 12e place du championnat d'Espagne et après avoir limogé son entraîneur Gaizka Garitano fin décembre, l'Athletic a donné un aperçu de ce qu'il est capable de faire lors des grands moments. Trois mois avant d'aborder la finale de la Coupe du Roi 2020 (repoussée en raison de la pandémie de coronavirus), le 4 avril 2021 face à la Real Sociedad.

Avec AFP