Face à l'Atlético, c'était encore le show Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo est le "clutch player" du Real cette saison. Le sauveur dans les moments difficiles. Pas en Liga cependant...

Dans un onze "en diamant", avec Isco à la mène derrière Benzema et Ronaldo, c'est bien le Portugais qui s'est montré le plus scintillant. Un joueur dont on n'a certainement pas fini de voir le reflet briller dans plusieurs Ballons d'Or et autres vitrines de trophées.

Sa baisse physique est certes, indéniable, ses stats générales aussi. Mais après avoir fait taire les critiques face au Bayern Munich, Ronaldo les étouffe définitivement face à l'Atlético. On annonçait pourtant un match ardu pour les Merengue face à des Colchoneros toujours hargneux et très organisés. La seule formation pouvant se targuer d'avoir un ratio de 59% de "clan sheets" (26 en 47 matches, soit 5 de plus que n'importe quelle autre équipe) en C1 depuis 2013/14.

Mais organisé, Ronaldo l'est aussi cette saison. Le natif de Madère a appris à jouer comme un avant-centre et à ménager ses efforts pour fondre sur le ballon en utilisant ses ressources au moment opportun et surprendre ses proies.

D'emblée, il profite d'un centre de Casemiro pour sauter plus haut et plus vite que son vis-à-vis pour marquer de la tête. Son 101e but en Ligue des champions. Un de plus que l'Atlético Madrid dans toute son histoire.

Mais Ronaldo était loin d'être rassasié. Son deuxième but d'une frappe tout en puissance montre une autre facette de son nouveau style. Un style de tueur toujours au bon endroit, au bon moment et choisissant la bonne surface du pied.

Plus d'attaques volumineuses et de longues courses. Cristiano Ronaldo est servi avec précision. Il aimante les ballons de ses latéraux et de ses ailiers et s'occupe presque exclusivement de porter l'estocade. Zidane a compris comment utiliser son arme de la manière la plus fatale possible. Ronaldo apparaît dispensé non seulement d'efforts défensifs, mais aussi de responsabilité créative et ne provoque plus balle au pied. Son jeu tout entier est désormais dédié à l'efficacité.

Sur un service de Vazquez, Ronaldo enterrera les rêves et les espoirs des Colchoneros. Il devient, à l'occasion, le premier joueur de l'histoire du football à inscrire deux triplés consécutifs en phase à élimination directe de Ligue des champions. L'homme aux 42 coups du chapeau et aux 399 buts en 389 matches pour Madrid est aussi le premier jouer à mettre un triplé à l'Atlético, qui s'en souviendra encore pendant très longtemps.

Ronaldo, homme des grandes occasions, a désormais plus de buts que le grand Alfredo Di Stefano en demi-finales de C1 (12 pour le Portugais contre 11 pour l'Argentin). Moins présent dans le jeu pour être plus présent au tableau d'affichage, Cristiano Ronaldo est passé d'ailier enthousiaste et productif à buteur cynique et clinique pour réussir sa mutation et atteindre sa forme finale. Celle d'un prédateur APEX tout en haut de la chaîne alimentaire pendant encore de longues années.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages