Face à Lens, un OGC Nice solide mais limité offensivement

Les Niçois Pablo Rosario et Dante lors du nul de Nice face à Lens (0-0) à l'Allianz Riviera. (F. Porcu/L'Équipe)

Privé de Delort, Diop, Lemina, Atal, Viti et Ramsey, l'entraîneur niçois Lucien Favre s'est appuyé face à Lens (0-0) sur un schéma n'encourageant pas la prise de risques, et Nice a obtenu ce qu'il recherchait : le point du match nul.

Il a manqué quelques centimètres à Nicolas Pépé devant Brice Samba, en milieu de première période, ou que Ross Barkley cadre sa frappe, à l'heure de jeu, pour que le plan mis en place par Lucien Favre et son staff fonctionne à plein. Mais avec ce nul obtenu au terme d'une seconde période très terne des deux côtés, on se dit que le Suisse peut difficilement en être malheureux. Parce que c'était Lens en face, et parce que l'entraîneur du Gym n'a jamais cherché à prendre de vrais risques.

lire aussi : Les tops-flops de Nice-Lens : Laborde s'est démené, Samba a tout repoussé

Sur le premier point, l'équipe de Franck Haise n'est pas celle face à laquelle on se découvre le plus facilement. C'est pour cela que Favre avait remisé le 4-2-3-1 qui avait tant réussi à ses joueurs avant la trêve. Le 3-4-3 utilisé hier a permis à l'arrière-garde niçoise de rester constamment en supériorité numérique tout en bloquant les couloirs. La première période riche en occasions n'a pas témoigné de la solidité que ce système pouvait lui apporter. Mais la seconde, oui. D'où sûrement le choix de ne pas en déroger, même en fin de match, et même de la part d'une formation ambitieuse lancée dans une course aux points perdus.

Le banc azuréen manque de profondeurÀ la décharge du technicien suisse, un entraîneur doit composer avec les joueurs qu'il a à sa disposition et cela fait plusieurs mois qu'on n'en est plus à attendre de ce Nice toutes les promesses de jeu qui avaient été faites durant l'été par ses dirigeants. À cela, il faut ajouter l'absence de préparation de trois éléments majeurs des Aiglons, Mario Lemina, Sofiane Diop et Andy Delort, qui n'ont retrouvé l'entraînement collectif que cette semaine. Même avec des titulaires qui ont à peu près tous semblé piocher après cinquante minutes de jeu, il a ainsi fallu en attendre la 71e pour voir le premier remplacement niçois, signe du manque de profondeur du banc azuréen.

lire aussi : Mais où est passé Aaron Ramsey ?

Partant toujours de bas, de très bas, les joueurs de Lucien Favre ont su piquer sur quelques contres. Pour inquiéter les adversaires, en attendant que Ross Barkley gagne en rythme pour faire apprécier toutes ses qualités balle au pied, il y a toujours Gaëtan Laborde et ses déviations, et Nicolas Pépé et ses changements de rythme. Cela a failli fonctionner. Nice enchaîne un 7e match sans défaite en championnat. C'est bien. Mais il en compte aussi 9 de retard sur la 5e place et 12 sur le podium.

lire aussi : Le classement de la Ligue 1