Face à Rennes, le PSG s'envole mais déplore de nouveaux blessés

·1 min de lecture

Même quand ça va, ça ne va pas. Trois jours après sa défaite à ­Leipzig (1-2), sa deuxième en Ligue des champions, où il se retrouve dans une position inconfortable à mi-­parcours, le PSG a repris son inexorable marche en avant en Ligue 1 en disposant, sans forcer mais avec une efficacité diabolique, de Rennes, pourtant sa bête noire ces derniers temps. Le club de la capitale possède cinq points d'avance sur Lille, qui joue à Brest aujourd'hui. Mais son taux d'incidence de blessés franchit la cote d'alerte avec au moins trois nouveaux cas.

L'infirmerie parisienne déborde

Tout a été plié en vingt minutes : Kean avait profité d'une mauvaise relance bretonne pour prolonger sa bonne série et Di María avait doublé le tarif d'un subtil piqué sur Gomis. Sous pression avant ce duel d'européens, Tuchel aurait pu vivre une soirée légère mais les sorties prématurées de Gueye et de Kehrer, puis celle de Kean en seconde période, l'ont un peu plombée ; Florenzi a aussi été remplacé à la pause.

L'infirmerie parisienne déborde dans des proportions inédites (onze joueurs dont Mbappé et Neymar) et, en attendant la trêve internationale, l'entraîneur allemand rafistole tout en continuant à jouer la contre-programmation dans la répartition des tâches. Kurzawa a joué à droite car Bakker a remplacé Kehrer alors que Dagba a patienté avant d'entrer au milieu. Seul devant pendant la dernière demi-heure, Di María a trouvé le moyen de corser la note et de dépasser Susic au palmarès des meilleurs buteurs...


Retrouvez cet article sur LeJDD