Face aux pays de Galles, les joueurs auraient chanté l'hymne iranien sous la menace

Les joueurs iraniens ne sont pas restés muets au moment de l'hymne, ce vendredi, avant le coup d'envoi du match face au pays de Galles. (A. Reau/L'Equipe)

Selon le quotidien britannique « The Guardian », les joueurs de l'équipe d'Iran, alors qu'ils avaient gardé le silence face à l'Angleterre, ont chanté l'hymne national ce vendredi face au pays de Galles suite aux menaces et intimidations des dignitaires du régime iranien.

La cérémonie des hymnes avant Iran-Pays-de-Galles (2-0) ce vendredi a vu les joueurs de la sélection iranienne chanter l'hymne national. Une attitude qui a étonné sachant que ces mêmes joueurs avaient gardé le silence quatre jours plus tôt lors d'Angleterre-Iran (6-2) provoquant un fort retentissement en Iran et dans le monde entier. Ce silence, comme des déclarations précédentes de plusieurs joueurs de la sélection, dont Sardar Azmoun, avait été considéré comme un soutien fort au mouvement de protestation qui secoue l'Iran depuis deux mois à la suite de la mort en garde à vue de Mahsa Amini.

Pourquoi avoir décidé de chanter l'hymne face aux Gallois ? Selon le quotidien britannique « The Guardian », c'est du fait des menaces, directes ou indirectes, provenant de dignitaires iraniens proches du régime. « The Guardian » cite par exemple le président du conseil municipal de Téhéran, Medhi Chamran, qui a déclaré mardi, le lendemain du match face à l'Angleterre : « Nous ne permettrons jamais à personne d'insulter notre hymne et notre drapeau. La civilisation iranienne a une histoire de plusieurs millénaires, et est aussi ancienne que l'ensemble des civilisations européennes et américaines ».

Autre avertissement, selon « The Guardian » : l'arrestation ce jeudi de Voria Ghafouri, défenseur du Foolad FC, l'un des joueurs les plus populaires d'Iran, pour ses critiques envers le régime et notamment l'ancien ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. À noter que la plupart des joueurs ont chanté l'hymne sans entrain, certain l'ayant même plutôt murmuré, et que ce même hymne a été sifflé dans le stade par de nombreux supporters iraniens.