Faf de Klerk, demi de mêlée de l'Afrique du Sud : « On peut aller chercher Dupont »

Faf de Klerk et Antoine Dupont se sont brièvement affrontés en 2018 (A. Mounic/L'Équipe)

Faf de Klerk, demi de mêlée de l'Afrique du Sud contre la France samedi, considère que les Springboks auront les moyens de compliquer la vie d'Antoine Dupont.

« Vous retrouvez samedi contre la France un rôle de titulaire qui vous a souvent échappé ces derniers mois. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?
C'est très important pour moi. J'ai connu des hauts et des bas, cette saison. Mais ça m'a fait réaliser ce que ce maillot des Springboks signifiait pour moi. En sortant du banc, j'avais un rôle différent, et on est tous là pour servir l'équipe, donc je faisais ce dont on avait besoin. Mais redevenir titulaire, c'est fort, à moi de faire en sorte de le rester, ou de pousser fort pour le récupérer.

lire aussi : Petites frayeurs avant les Boks

Contre l'Australie, la France a beaucoup utilisé le jeu au pied. Vous vous attendez à la même orgie samedi soir ?
On a beaucoup parlé de ça, du nombre de fois où ils utilisent le jeu au pied. C'est étrange ! Cette manière de garer tout le monde au milieu du terrain pour t'attendre. De ce qu'on a analysé, oui, on s'attend à beaucoup d'utilisations du pied de leur part. Il faudra qu'on leur réponde... d'une certaine manière ! Peut-être pas sur les mêmes schémas que ceux qu'ils utilisent, mais peut-être en leur proposant plus de duels aériens, parce qu'eux jouent plutôt long, et c'est aussi en jouant long que l'Australie avait choisi de riposter. Nous, on ne veut pas forcément entrer dans cette bagarre. S'il le faut, on le fera, mais on a un plan pour ça, et surtout, on est plus fort quand on joue au pied pour disputer le ballon à la retombée, ça nous permet d'utiliser notre système pour en sortir le meilleur.

Vous avez brièvement croisé Antoine Dupont en 2018, lors du France - Afrique du Sud où il était remplaçant. Comment jugez-vous son évolution depuis ?
On en parlait avec Cheslin (Kolbe, ancien coéquipier de Dupont à Toulouse), il jouait déjà très bien en 2018, pour son club. Si vous regardez comment l'équipe de France joue, ils cherchent à garder leurs avants près de lui, ils ne cherchent pas beaucoup à toucher leur ouvreur, ils se servent de ces gros pour porter le ballon et se mettre dans l'avancée, ce qui lui ouvre des espaces. Et comme il est super rapide et costaud, on va devoir être très bons dans ces secteurs samedi ! Mais on a des avants malins qui pourront gérer tout ça autour des rucks.

Vous considérez que Dupont est le meilleur demi de mêlée au monde actuellement ?
Oui on peut le dire ! Et en plus il a reçu le titre de meilleur joueur de l'année 2021, donc c'est lui ! On a pu regarder son match la semaine dernière : l'Australie a su le mettre sous pression, donc on peut aller le chercher. Mais il joue dans une grande équipe, il est en pleine confiance. Si on arrive à le mettre sur le reculoir, lui proposer quelques trucs auxquels il n'est pas habitué... Mais ça ne sera pas facile de l'arrêter !

lire aussi : Mieux protéger Dupont

Avec l'Australie, son vis-à-vis, Nic White, a été très agressif sur Dupont. Est-ce une piste à suivre pour vous ?
Peut-être, si j'ai la chance de ne pas être trop loin de lui, je tenterai ma chance ! On a un système défensif un peu différent de celui des Wallabies. C'est clair qu'ils avaient demandé à Nic White de s'occuper de lui, mais nous, on fait confiance à notre propre organisation, et si je me retrouve dans une situation qui le demande, je ferai de mon mieux. On peut se retrouver proche l'un de l'autre sur des phases de conquête ou des rucks, mais dans le jeu courant, ça ne sera pas toujours le cas. Alors ça sera un effort collectif et surtout, on ne peut pas se concentrer que sur lui. Il y a bien d'autres points forts chez eux auxquels il faudra faire attention ! »