Fair-play financier: comment l’OM peut éviter d’être sanctionné

RMC Sport

Les sanctions pourraient aller du simple blâme jusqu'à l'exclusion de compétitions en cours ou futures. Accusé de ne pas respecter les règles du fair-play financier, mises en place en 2011 pour empêcher les clubs de ne pas dépenser plus que ce qu’ils gagnent et pour encadrer les injections de capitaux de la part des propriétaires, le dossier de l’OM a été transmis à l'instance de jugement du contrôle financier des clubs. Selon l’UEFA, Marseille "ne s'est pas conformé aux conditions de l'accord négocié pour la saison 2019-2020". Dans cet accord, qui court jusqu'à la saison 2022-2023, il s'est engagé à afficher "un déficit maximum de 30 millions d'euros" sur l'exercice clos en 2020, "zéro euro" en 2021 et "de parvenir au plein respect du seuil de rentabilité" en 2023.

Vendre pour 30-40 millions d’euros

Pas dans les temps de passage imposés par l’UEFA à la fin du mois d’août 2019 et fin janvier 2020, l’OM a désormais devant lui une échéance capitale: le 30 juin 2020. D’ici là, il faudra avoir vendu des joueurs pour récolter entre 30 et 40 millions d’euros. Reste à trouver lesquels et à se montrer convaincant. Certains ne seront pas vraiment tentés par un départ si l’OM parvient à se qualifier à la fin de la saison pour la prochaine phase de groupes de la Ligue des champions. Pousser vers la sortie des éléments comme Boubacar Kamara et Morgan Sanson, qui disposent de valeurs marchandes importantes et ont déjà...

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi