Faire équipe avec son frère ? Pol Espargaró ne l'aurait "jamais voulu"

Michaël Duforest
motorsport.com

Interrogé par Sky Italia, le pilote officiel KTM a expliqué que les deux pilotes Honda risquent de connaître une année difficile. Álex tout d'abord, car il vient du Moto2 sur une machine réputée difficile pour les rookies, et Marc également, car il souhaitera voir son frère à un très bon niveau.

"Ce sera difficile pour tous les deux, pas seulement pour Álex. Álex en est à sa première année, sur une moto difficile, et en plus de tout cela il va courir aux côtés de son frère. Évidemment, il le connait très bien, mais il y a une rivalité particulière avec son frère. Moi je n'aimerais pas courir avec mon frère en MotoGP. Imaginez qu'on soit dans la même équipe, ça ne me plairait pas du tout. Et puis, son coéquipier est le pilote le plus fort du championnat."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Marc Márquez en faveur du gel des transferts pour 2021

"C'est une situation très difficile pour Álex, mais aussi pour Marc qui voudrait voir son frère compétitif avec la Honda officielle. À mon avis, ce sera difficile à gérer dans le box, mais ils ont un bon chef avec Alberto Puig, qui sait ce qu'il faut faire. Ils obtiendront sûrement de bons résultats, je suis curieux de voir ça."

Comme on l'a vu, notamment à Sepang lorsque , qui insiste sur le fait qu'il a une relation saine avec son frère Aleix une fois le casque enlevé.

"C'est risqué, parce qu'ils sont très proches en tant que frères. C'est très beau, ils sont tout le temps ensemble à la maison, ils s'entraînent ensemble. Cela rend les choses encore plus compliquées parce que si Álex fait septième ou huitième ce sera un bon résultat, mais si Marc fait premier ça ne l'est plus. Ils vont devoir se battre à armes égales à chaque course, avec la même moto, et cela augmentera la rivalité. Il va falloir qu'ils arrivent, comme nous les frères Espargaró, à laisser la rivalité au stand pour continuer à entretenir un rapport normal en dehors. Ça n'est pas facile parce qu'il faut y mettre du sien", explique-t-il.

Si parfois les choses s'enveniment, le retour à la normale peut être difficile : "Parfois je suis avec mon frère et il y a des émotions qu'on ne peut pas effacer, on n'est pas complètement à l'aise. Il faut du temps, il faut se parler, même si nous on a la chance d'avoir les enfants et c'est l'excuse pour se voir quand ça ne va pas très bien. Mais ce sera dur, parce que les gens ne savent pas à quel point la rivalité en MotoGP est grande. Si on a un frère dans la même catégorie c'est difficile, alors imaginons quand c'est dans la même équipe. Moi je n'aurais jamais voulu ça."

Avec Léna Buffa

À lire aussi