FC Nantes : Waldemar Kita et Raymond Domenech, le pyromane et le pompier

·1 min de lecture

Tout seul. Le titre des mémoires de ­Raymond ­Domenech, phénomène d'édition de l'année 2012, fonctionne encore. Son retour inattendu dans le paysage a eu lieu jeudi au stade de la Beaujoire, sans que le président ­Waldemar Kita se montre à ses côtés. De mémoire locale, un accueil sans précédent. "Je suis un grand garçon", s'est amusé l'ancien sélectionneur de l'équipe de France (2004-2010), pas mécontent d'occuper la scène pour un one man show d'une heure, en homme de théâtre. Une présentation plus protocolaire n'avait pu se tenir la veille. En tout cas, la présence de l'un comme l'absence de l'autre ont été interprétées comme deux signes supplémentaires d'un club à la dérive.

Lire aussi - Ligue 1 : Mediapro se retire, quel avenir pour le foot à la télévision française?

Qui d'autre que Kita pouvait offrir un banc à ce technicien clivant, en retrait depuis dix ans et critique sévère de son nouvel employeur sur les plateaux de télévision? Il est tentant d'y voir une énième provocation de la part du propriétaire. "Il pense vraiment que c'est un bon choix, ça ne va pas plus loin", jure un interlocuteur de l'homme d'affaires franco-polonais. Une folie? En tête-à-tête, ­Domenech lui a assuré qu'il gardait une cote mais avait refusé plusieurs offres pour s'occuper de sa famille, durement mise à l'épreuve. N'empêche, les six mois à venir ressemblent à l'union du pyromane et du pompier. Domenech, 69 ans à la fin du mois, aime mieux l'idée d'un "coup de cœur", comme Guy Roux qui, à pe...


Lire la suite sur LeJDD