Fernanda Maciel explose deux records au mont Vinson en Antarctique

La Brésilienne Fernanda Maciel vole sur les pentes du mont Vinson, en Antarctique. (Red Bull Content Pool)

L'ultra-runneuse brésilienne Fernanda Maciel a pulvérisé deux records du monde au mont Vinson, en Antarctique.

Un record en guise de cadeau de Noël. Spécialiste de l'ultra-trail, Fernanda Maciel s'est rendue sur le continent Antarctique, lors des fêtes de fin d'année, pour escalader le mont Vinson. Avec une préparation optimale en amont, la Brésilienne a réussi à atteindre le sommet situé à 4 892 m d'altitude après 6 heures et 40 minutes d'effort (contre en moyenne 5 à 7 jours en alpinisme ou ski-alpinisme).

lire aussi : Aventure : la Québécoise Caroline Côté atteint le pôle Sud en un temps record

Par la même occasion, elle en profite pour signer le nouveau record du monde - détenu par Christian Stangl en 9 heures et 10 minutes - hommes et femmes confondus de cette ascension longue de 17 km. Avec un aller-retour (camp de base-sommet-camp de base) en 9 heures et 41 minutes, elle signe un double record du monde avec celui de la montée et de la descente la plus rapide.

Accompagnée par Sam Hennessey, guide de haute montagne, l'athlète de 42 ans a enlevé ses chaussures de running au 9e kilomètre pour son matériel d'escalade et ses crampons, afin de poursuivre son ascension. « Je savais que je ne pouvais pas m'arrêter une minute lors de ma course jusqu'au sommet du mont Vinson, a-t-elle déclaré. C'est une expérience de course assez folle et difficile. L'Antarctique est un environnement d'isolement exquis. »

Une ascension qui fait partie des « Seven Summits »Malgré des températures allant jusqu'à -55 degrés, la native de l'État de Minas Gerais - Belo Horizonte comme capitale - a grimpé le plus haut sommet en Antarctique. Le mont Vinson, situé à 1 200 km du pôle Sud, entre dans la catégorie des « Seven Summits » - montagnes les plus élevées de chacun des sept continents de la planète. « J'aime le sentiment d'accomplissement et de contemplation que seules des montagnes aussi hautes peuvent me procurer », a affirmé l'ultra-runneuse.

Après l'Aconcagua (Argentine, Amérique du Sud) en 2016 et le Kilimandjaro (Tanzanie, Afrique) en 2017, Maciel continue d'arpenter les montagnes partout dans le monde. Reste encore l'Everest (Népal/Chine, Asie), le Denali (États-Unis, Amérique du Nord), l'Elbrouz (Russie, Europe) et le mont Kosciuszko (Australie, Océanie) pour entrer un peu plus dans l'histoire de son sport.