Fernando Santos : « Cristiano Ronaldo n'a jamais dit qu'il voulait quitter la Seleçao »

Le sélectionneur portugais, Fernando Santos, a de nouveau démenti les informations selon lesquelles CR7 aurait menacé d'abandonner le rassemblement s'il était remplaçant face à la Suisse.

Depuis mardi que Cristiano Ronaldo a été relégué sur le banc pour le 8e de finale contre la Suisse (6-1), tout a été dit et écrit autour de cette déflagration. Et notamment que le capitaine portugais aurait très mal vécu cette annonce. Au point de menacer Fernando Santos de quitter la Seleçao, lors d'une conversation entre les deux hommes.

lire aussi : Joao Cancelo, l'autre Ronaldo

Cette information, maintenue par nos confrères de Record et démentie par le clan Ronaldo comme par la Fédération portugaise, a évidemment été l'objet de la première question adressée au sélectionneur. « Oui, naturellement j'ai parlé avec lui, a expliqué ce dernier. Depuis que je suis arrivé, je donne l'équipe quand on arrive au stade, mais cette conversation devait avoir lieu. Je ne le fais pas avec tous les joueurs, c'est vrai. Mais c'est le capitaine de l'équipe. Pour son professionnalisme, pour ce qu'il représente pour le Portugal et pour l'équipe, je devais le faire. La réunion avec Cristiano a eu lieu le jour du match dans mon bureau, après le déjeuner. Il n'y a pas eu de discussion avant. Je lui ai expliqué les raisons de mon choix tactique. Franchement. Cristiano était très déçu, évidemment, il n'acceptait pas cette décision, le contraire aurait été anormal. Mais jamais il ne m'a dit qu'il voulait quitter la Seleçao. Ça a été une conversation normale, sereine. »

Fernando Santos dénonce aussi une forme de Ronaldo bashing : « C'est à la mode de pointer du doigt Cristiano. Mais'il y a un grand exemple de professionnalisme, c'est celui qu'il a donné durant le match. Il a fait l'échauffement normalement avec le reste de l'équipe, il a sauté du banc sur tous les buts, à la fin c'est lui qui a demandé aux joueurs d'aller saluer les supporters. Mais vous, la seule chose que vous avez remarqué c'est qu'il avait été le premier à quitter le terrain. Laissez Ronaldo tranquille, il ne mérite pas ça. »

Les joueurs veulent une union des médias autour de l'équipeAvant lui, Joao Felix avait déjà entonné l'hymne des journalistes qui feraient mieux d'oeuvrer à l'union des Portugais derrière leur équipe nationale plutôt que de chercher à savoir ce qu'il se passe réellement au sein du groupe. « Le Portugal est en quarts de finale de Coupe du monde pour la première fois depuis longtemps, unissons-nous derrière l'équipe, a déclaré l'attaquant. Ce n'est pas parce que Cristiano joue ou ne joue pas que l'équipe va mieux ou moins bien jouer. La tactique est la même, qu'il soit là ou pas, c'est ainsi depuis le premier match. Il a des qualités que les autres n'ont pas et les autres ont des qualités qu'il n'a pas, mais l'identité de l'équipe est toujours la même. »

lire aussi : Ounahi, un diamant brut de décoffrage

Cristiano Ronaldo avait marqué contre le Maroc, en phase de groupes de la précédente Coupe du monde (1-0), de la tête sur corner, un but qui avait éliminé les Lions de l'Atlas. Quatre ans et demi plus tard, à 37 ans et dix mois, il pourrait enchaîner un deuxième match d'affilée comme remplaçant. C'est même l'inverse qui constituerait une surprise.

Le coup de gueule de Eberl sur le potentiel transfert de Ronaldo à Al-Nassr