Ferrari 812 Competizione (2022) : on a testé son V12 "diabolique" à Fiorano

·1 min de lecture
Ferrari 812 Competizione (2022) : on a testé son V12 "diabolique" à Fiorano

Quatre tours du circuit de Fiorano, warm-up et refroidissement compris, c’est absolument extraordinaire. Et en même temps, c’est court. C’est un peu comme si l’on vous tendait la coupe d’un Dom Pérignon millésimé et qu’on vous la retirait des mains juste après la deuxième lampée (oui, je bois le champagne à la lampée, surtout quand il est bon). Bref, deux gorgées d’un breuvage miraculeux qui fait écarquiller les yeux et laisse abasourdi. Pour ce qui est d’en prendre plein les mirettes, il y a d’abord la carrosserie. Avec sa façon impressionnante de froncer le regard, comme si les traits d’origine étaient surlignés au marqueur indélébile.

L'oeuvre d'un designer français

On doit une grande partie de ce coup de crayon spectaculaire à Marc Poulain, un jeune designer français dont on peut prédire l’avenir tout tracé sans boule de cristal et sans trop se mouiller. C’est à la faveur d’un concours de design entre Modène et Vérone que notre compatriote s’est retrouvé propulsé dans les ateliers tant convoités de Maranello. Remise des prix par l’invité de marque, qui se trouvait être le patron du style de Ferrari, Flavio Manzoni, serrages de louches et tout s’enchaîne. Un contrat, de la sueur, beaucoup de sueur, et même une larmichette essuyée en voyant débouler, quelques années plus tard, la SF90, qu’il a dessinée en grande partie.

Plus menaçante en vrai qu’en photo

Mais contrairement à la fluidité de la Stradale, la 812 Competizione s’acharne à accrocher les regards avec une...Lire la suite sur Sport Auto

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles