Ferrari encouragé par ses performances récentes

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Le Grand Prix de Turquie 2020 a fait l'objet d'une statistique étonnante : avec Sebastian Vettel et troisième et quatrième, la Scuderia Ferrari a marqué 27 points, plus que toute autre écurie. Cela ne lui était pas arrivé depuis le doublé des deux hommes au Grand Prix de Singapour 2019, il y a plus d'un an.

Lire aussi :

La stratégie payante de Ferrari en Turquie

Cette performance perpétue un regain de forme notable pour la marque au cheval cabré, qui était en grande difficulté sur les pistes requérant beaucoup de puissance moteur comme Spa-Francorchamps et Monza. Mais lors des trois derniers Grands Prix, seul Mercedes a marqué plus de points que Ferrari : la Scuderia s'est relancée dans la course à la troisième place du championnat des constructeurs en engrangeant 50 unités sur cette période, bien plus que Racing Point (34), McLaren (33) ou encore Red Bull (29), sans parler de Renault (22).

Lire aussi :

McLaren ne serait pas étonné de voir Ferrari revenir dans le top 3

Dans un contexte où les châssis sont désormais gelés jusqu'au terme de la saison 2021, le directeur d'équipe Mattia Binotto se félicite de ces résultats, alors que Ferrari – comme les autres motoristes – prépare un tout nouveau moteur pour l'an prochain, les groupes propulseurs ne pouvant plus être modifiés en cours d'année pour des raisons de coûts.

"Être performant est évidemment très important pour Ferrari en ce moment", déclare Binotto. "Nous savons que nous avons amélioré la voiture et, si l'on regarde les dernières courses en date, nous avons amélioré notre position en course. Je pense que la voiture est devenue plus constante et un peu plus rapide. C'est super d'avoir au moins ces résultats, je trouve ça super pour l'an prochain. C'est super pour l'avenir ainsi que pour les prochaines courses."

"Je pense également qu'en termes de position chez les constructeurs, le championnat n'est pas fini et c'est donc encourageant. L'équipe travaille dur à l'usine pour tenter de comprendre les faiblesses de la voiture et de les résoudre. Alors que nous préparons la saison prochaine, ces résultats sont encourageants eux-mêmes d'une certaine manière."

, pour sa part, ne crie pas victoire, bien conscient que l'adhérence précaire du nouveau revêtement de l'Istanbul Park a créé des conditions exceptionnelles, empêchant de tirer des conclusions des résultats observés en Turquie.

"Je pense que le fait est que l'on peut faire la différence davantage dans ces conditions, car c'est très glissant et vraiment à la limite", commente l'Allemand, qui a signé à Istanbul son premier podium depuis le Grand Prix du Mexique 2019. "On dépend quand même du fait de mettre les pneus dans la bonne température et du fonctionnement de la voiture. Mais disons que le pilote peut s'exprimer davantage."

Propos recueillis par Jonathan Noble